Les âmes noires / Gioacchino Criaco

Les âmes noires / Gioacchino Criaco

Couverture de Les âmes noires de Gioacchino Criano

Natifs des âpres montagnes calabraises de la Locride, trois adolescents, bons élèves et bons fils, choisissent la voie du crime pour échapper à la misère. Mais ils auront beau refuser l’embrigadement de la ‘Ndranghetta ­– la mafia calabraise – pour partir à la conquête du monde, devenant braqueurs à Milan puis trafiquants de cocaïne aux contacts des réseaux planétaires, islamistes compris, ils reviendront toujours sur ces hauteurs d’où l’on aperçoit deux mers mais où les porcheries cachent parfois des victimes d’enlèvement crapuleux, où les forêts sont hantés d’âmes noires, fugitifs recherchés par la justice étatique ou la vengeance mafieuse.
C’est là, dans la grandiose cruauté des parties de chasse, dans les prodigieux banquets paysans et les beautés violentes de la nature, que les trois amis trouveront leur destin, comme ce taureau sauvage qui continue à galoper vers son tueur parce qu’il ne sait pas encore qu’il est mort.

Avis : Les âmes noires est un roman noir plus qu’un polar. Il a une lente construction du suspense qui m’a laissée froide et un côté sentencieux qui ne m’a pas plu.

Certains passages, comme l’attente du « porc » (nom que l’on donne au kidnappé retenu au pâturage comme un porc de l’époque, le temps de la livraison de la rançon par sa famille) sont magnifiques et les descriptions de la nature sont de toute beauté, mais cela n’a pas suffi à me rendre intéressante cette histoire de l’Italie profonde et entachée de crime.

Nous avons commencé à penser que cet argent était le nôtre, nous sommes devenus mauvais et despotiques.

Les trois amis que sont Luigi, Luciano et le narrateur ne m’ont pas paru si proches, ni vraiment réels. Mais ils dépeignent une réalité que les mafiosi, les braves gens et les policiers doivent reconnaître et que Giaocchino Criaco décrit sans doute parfaitement ici. La peur, la haine et l’honneur sont des émotions bien illustrées. Ces émotions entrainent les jeunes dans la violence, un code de l’honneur tout relatif et une amitié lourde. Vengeance, dénonciations, retour de bâton et planques rendent bien Les âmes noires angoissantes, ce qui est déjà pas mal pour un roman noir, mais ne m’ont pas émue.

Voici une phrase du livre qui exprime bien mon ressenti après lecture :

Nous sommes à l’aube de l’histoire, nous sommes dans le trou du cul du monde et nous croyons être là, au centre.

Roman publié aux éditions Métailié – Traduit de l’italien par Leila Pailhes

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Broché Ebook

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *