L’artefact / Jamie Sawyer

L’artefact / Jamie Sawyer

couverture de L'artefact de Jamie SawyerLazare en guerre, Tome 1

CAPITAINE CONRAD HARRIS : DÉCÉDÉ
Le voilà, le moment que je déteste. Me réveiller, c’est toujours pire que mourir.
Et notre homme sait de quoi il parle ; il en a connu des missions suicides, incarné dans un « simulant », un clone aux capacités neurophysiologiques exceptionnelles. Ce n’est pas pour rien qu’on l’a surnommé Lazare, cet éternel ressuscité. Son équipe de SimOps et lui sont les soldats d’élite de l’Alliance, engagés dans la guerre impitoyable de l’humanité contre les Krells. À qui d’autre confier la mission « Clef-de-voûte » ? Elle les entraînera en territoire ennemi, vers une station de recherche secrète chargée d’étudier un mystérieux artefact qui n’est ni krell ni humain. Mais les meilleurs guerriers ne sont pas toujours préparés à ce qui les attend. Et Harris lui-même poursuit une autre quête qui le tourmente…

Avis : Cela faisait un moment que j’avais très envie de découvrir L’artefact. Le pitch de ce Lazare en guerre, ce militaire se relevant toujours de ses missions, même les plus fatales, me paraissait des plus prometteurs. Je n’ai malheureusement pas été aussi convaincue que je l’espérais.

Nous sommes ici dans de la SF militaire, et l’équipe de SimOps que nous suivons travaille pour l’Alliance humaine dans sa guerre stellaire contre les Krells, une race d’aliens particulièrement vindicative et dure à tuer. Cette unité d’élite va être envoyée un plein cœur du maelström, une zone interdite, afin d’élucider la disparition d’un groupe de scientifiques venu étudier un mystérieux artefact.

Le roman se divise en 2 parties. Dans la première nous faisons connaissance avec l’équipe dirigée par Conrad Harris, et appréhendons le contexte de colonisation spatiale mis en place par Jamie Sawyer. Dans la seconde, l’unité arrive sur la planète Hélios III pour l’opération Clé de voute, mais ce qu’ils y trouvent n’est pas tout à fait conforme à leurs attentes. Le style se rapproche à ce moment-là du roman d’horreur.

Disons-le tout net, la première partie m’a plutôt ennuyée. Le récit est mené de l’unique point de vue de Harris, mais il n’a pas réussi à m’impliquer dans son histoire. Je ne me suis pas attachée au personnage, et j’ai trouvé que les souvenirs de son amante apportaient plus de longueurs qu’autre chose. Les autres protagonistes ne sont, de mon point de vue, pas assez développés pour que l’on s’y intéresse outre-mesure, et seul le jeune Blake m’a un peu touchée. Les scènes de combats ne m’ont généralement pas accrochée – la SF militaire ne doit pas être mon truc !

La suite a sauvé les meubles. L’arrivée sur Hélios et la découverte des mystères entourant la délégation scientifique ont ravivé mon intérêt. Attisée par l’inconnu et les dangers que recèle la planète, l’atmosphère se gonfle de tension. J’ai pensé à La momie, mais aussi à Stargate SG-1 pour la technologie des Anciens.

L’auteur profite de son intrigue pour aborder les thèmes de la déshumanisation de la guerre, de l’addiction à l’adrénaline et au sentiment de toute-puissance. J’ai trouvé le premier plus réussi que le second, ce dernier passant par un héros qui n’est pas parvenu à me convaincre. Je pense d’ailleurs que ce manque d’empathie joue grandement sur mon désintérêt. Malgré quelques bons passages, globalement, L’artefact a été en-deçà de mes attentes, et je ne pense pas lire la suite.

Roman publié aux éditions L’atalante (La dentelle du cygne) – Traduit de l’anglais par Florence Bury

Lire les avis plus enthousiastes de Lutin et Apophis.

logo du summer star wars episode 8logo challenge ete 2018logo du challenge abc imaginaire 2018

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Broché Ebook

13 comments

  • Dommage, je l’avais pourtant bien apprécié celui ci !

    Mais en y réfléchissant je n’avais pas du tout lu le pitch avant de le commencer (je ne lis jamais les résumés, trop de fois je me suis fait spoilée ou j’ai eu des attentes déçue) et du coup 10 (? environ) première pages ont été un gros WAOU « mais quelle idée géniale ».
    Résultat j’étais vraiment dans un état d’esprit extrêmement positif et j’ai tout de suite adhéré à l’ensemble.

    Même si il est un peu caricatural du personnage soldat j’ai tout de même bien apprécié Lazare et la façon dont il gère sa « célébrité ». C’est un personnage félé, accro à l’adrénaline et à son corps de sym et ça m’a beaucoup touché.

    bref tant pis 🙂

    Reply
    • Zina

      Ça ne peut pas marcher à chaque fois 🙂
      Bizarrement je pense que j’aurai bien plus apprécié le livre s’il n’en avait pas été le narrateur. Mais comme je ne m’interessait pas à sa vie, il avait du mal à m’intéresser à son histoire.

      Reply
  • je suis plutôt de ton avis, et comme toi, il y a une partie qui m’a vaguement laisser des réserves, puis une ambiance et une fin qui ont fait que ma lecture était bien plus positive. J’ai préféré les tomes suivants.

    Reply
  • Arf, il me faisait de l’œil, mais ton commentaire me refroidit.
    D’ailleurs vu que tu as déjà aimé Takeshi Kovacs, je doute que la SF militaire soit un réel repoussoire pour toi en tant que tel… Et du coup je crains plus.

    Pour trancher, il ne te reste plus que partir en « Mission Basilic » où tu retrouveras Honor Harrington qui te réconciliera (ou pas) avec le genre.

    Reply
    • Zina

      Oui, c’est vrai je ne pense pas vraiment que ce soit non plus la sf militaire en tant que telle (et puis après tout j’adorais Stargate), mais plus tôt celui-ci en particulier.
      Ceci dit, perso j’aurais quand même plus rapproché Kovacs du côté thriller de la force que militaire.
      Je note pour Honor !

      Reply
  • Sans doute que mes attentes seraient déçues face aux manques tu soulèves ! Je vais peut-être le laisser dans ma wish-list, mais plutôt dans la rubrique « emprunts bibliothèque » du coup 😉

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *