La Disparition de Stephanie Mailer / Joël Dicker

La Disparition de Stephanie Mailer / Joël Dicker

Couverture de La disparition de Stephanie Mailer de Joel Dicker30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’Etat de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers : le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration. Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stéphanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque. Avant de disparaître à son tour dans des conditions mystérieuses. Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer ? Qu’a-t-elle découvert ? Et surtout : que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea ?

Avis : Tous les codes d’un bon polar sont dans La disparition de Stephanie Mailer. Une intrigue alléchante, des énigmes « mais-oui-c’est-évident ! » et tous les personnages types des romans : du policier rebelle au passé sombre à l’ado gosse de riche toxico et rebelle, en passant par la maîtresse vénale d’un patron plus âgé. Le mélange est détonant !

Tout est également fait pour nous perdre dans un dédale de rebondissements, une multitude d’acteurs et de nombreuses longueurs. Mais on y retourne à chaque fois, tant le style de Joël Dicker, présent et efficace dès son premier roman, La Vérité sur l’Affaire Harry Québert, nous tient en haleine. Des intrigues dans l’intrigue, des livres dans le livre qui promettent une fin rocambolesque, quoique un peu bâclée à mon goût vu ce que Joël Dicker a publié auparavant.

La disparition de Stephanie Mailer est un roman vaudevillesque à l’américaine. Orphea, la petite ville balnéaire centre de l’intrigue, est un véritable microcosme de la vie à l’américaine. L’ironie de certaines actions ou personnages et ce côté burlesque plus accentué que dans les précédents romans de l’auteur est bienvenu et plaisant.

Encore du grand Joël Dicker ! Pourtant, je suis quand même un peu déçue. Attention, je ne regrette pas ma lecture ! Mais le manque de crédibilité de certaines péripéties et les traits de caractères poussés à l’extrême de certains personnages m’ont laissée perplexe. Il y a également quelques tournures de phrases qui paraissent moins travaillées, comme si l’édition avait taillée dans le vif pour ne pas avoir trop de longueurs.

Roman publié aux Editions de Fallois.

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Broché Ebook

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *