Haute voltige / Ingrid Astier

Haute voltige / Ingrid Astier

couverture du roman haute voltige de ingrind astier« Combien d’apocalypses peut-on porter en soi ? » Aux abords de Paris, le convoi d’un riche Saoudien file dans la nuit. Survient une attaque sans précédent, digne des plus belles équipes. « Du grand albatros » pour le commandant Suarez et ses hommes de la brigade de répression du banditisme, stupéfaits par l’envergure de l’affaire. De quoi les détourner un temps de leur obsession du Gecko – une légende vivante qui se promène sur les toits de Paris, l’or aux doigts, comme si c’était chez lui, du dôme de l’Institut de France à l’église Saint-Eustache… Derrière l’attaque sanglante, quel cerveau se cache ? Le butin le plus précieux du convoi n’est pourtant ni l’argent ni les diamants. Mais une femme, Ylana, aussi belle qu’égarée. Ranko est un solitaire endurci, à l’incroyable volonté. Mais aussi un homme à vif, atteint par l’histoire de l’ex-Yougoslavie. L’attaque du convoi les réunit. Le destin de Ranko vient irrémédiablement de tourner. Son oncle, Astrakan, scelle ce destin en lui offrant un jeu d’échecs. Le jeu de Svetozar Gligoric, le grand maître qui taillait ses pièces dans des bouchons de vin. Et lui demande de se battre – à la boxe et aux échecs, pour infiltrer le monde de l’art et dérober ses plus belles œuvres à Enki Bilal, le célèbre artiste. La guerre et l’amour planent comme des vautours. De la police, d’une femme ou du destin, qui est capable de faire chuter Ranko ?

Avis : C’est en assistant à une conférence à laquelle Ingrid Astier participait lors des Quais du polar 2017 que j’ai découvert Haute voltige. L’autrice m’avait intriguée en parlant de son héros, le Gecko, et donné terriblement envie de le rencontrer.

Et de ce côté-là, je dois dire que c’est une réussite. J’ai eu un coup de cœur pour ce personnage. Ranko est un être à part. Solitaire, taiseux et endurci par les épreuves de la vie, il n’a que 2 passions dans la vie : l’escalade et les échecs. Il se sert de son don incroyable pour la première pour arpenter les toits de Paris la nuit, et entrer là où il n’est pas invité… De temps en temps, il travaille aussi pour son oncle, Astrakan, un chef de gang ayant pignon sur rue. J’ai adoré suivre l’histoire du Gecko, ce diable d’homme si attachant, et j’ai prié, prié, pour qu’il parvienne à échapper à tous les pièges que la police lui tendait.

Et c’est là où le bât blesse. En parallèle, nous suivons la traque que la BRB mène pour tenter de capturer Ranko en flagrant délit, ainsi que la pseudo enquête sur l’attaque du convoi, blindé de richesse, d’un riche saoudien. Et cette partie-là m’a profondément ennuyée. Non seulement je ne voulais pas que Ranko se fasse attraper, mais je ne me suis pas attachée aux membres de la brigade, et particulièrement à leur chef, Stephan Suarez. Du coup, toutes les considérations sur sa vie privée n’ont été pour moi que des longueurs sans intérêt.

J’ai donc un avis très paradoxal sur Haute voltige. J’ai eu un mal fou à rentrer dans le roman, car tout le début ne s’occupe que du braquage de la délégation saoudienne. Or, moi on m’avait vendu l’histoire d’un monte-en-l’air exceptionnel… Mais où était le Gecko ? Lorsqu’enfin il se dévoile, c’est vraiment lui qui m’a fait tenir jusqu’au bout. La vie de ce héros atypique, la manière dont il se prépare pour ses coups, son rapport à la liberté et la relation qu’il entretient avec ses proches, m’a passionnée. Heureusement, car tout le reste m’a ennuyée.

Roman paru aux éditions Gallimard (Série noire)

logo challenge dames en noir 3e edition
 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Poche Broché Ebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *