Un vent de cendres / Sandrine Collette

Un vent de cendres / Sandrine Collette

couverture de Un vent de cendres de sandrine colletteDes années plus tôt, un accident l’a défiguré. Depuis, il vit reclus dans sa grande maison. Jusqu’au jour où surgit Camille…
Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges, Octave, le maître des lieux, regarde sa sœur Camille d’un œil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l’endroit au plus vite, partir loin de cette angoisse qui ne le lâche plus.
Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais Malo n’en démord pas. L’étrange fascination d’Octave pour Camille, pour ses cheveux d’un blond presque blanc, le met mal à l’aise. Camille, elle, oscille entre attirance et répulsion envers cet homme autrefois séduisant, au visage lacéré par une vieille blessure. Ils se disputent et, le troisième jour, Malo n’est plus là. Personne ne semble s’en soucier, hormis Camille qui veut retrouver son frère à tout prix.
Mais leur reste-t-il une chance de sortir vivants de ce domaine, ou le piège est-il déjà refermé?

Avis : Un vent de cendres est l’avant dernier livre de cette autrice que je me devais de lire. Il ne me manque plus qu’Il reste la poussière et je devrais ensuite attendre patiemment le prochain en 2019… J’espère ! C’est le deuxième livre qu’elle a écrit après Des nœuds d’acier et pour lequel elle a reçu le grand prix de la littérature policière ainsi que le prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne.

L’écriture de Sandrine Collette est toujours millimétrée et angoissante. Je peux même dire que j’ai peut-être préféré ce Vent de cendres à Juste après la vague car il y a encore plus de tension dans ce huit clos viticole que dans la post-apo familiale de 2018.

Le retournement de situations entre Camille qui cherche son frère et Octave qui cache et couvre Andréas est malsain au possible. Et on ne comprend que tardivement, avec le dernier chapitre, quel sera le lien avec le titre… Si ça, ce n’est pas du suspense qui ronge les tripes !!! Cette fin est donc sublimement mortelle !

Une fois de plus, j’ai été bluffée par la poésie de cette humanité ravagée et pourrie que Sandrine Collette nous dévoile.

Je suis rentrée dans ce livre avec un accident de voiture immonde et sanglant qui m’a retourné l’estomac. J’ai ensuite été comme en transe et poussée par une curiosité pernicieuse pour savoir comment allait se finir ce thriller. Et j’ai fini sur une note d’une violence froide, inouïe et perverse. Le clin d’œil glacial et visqueux du titre n’en était que plus fort.

Vive les QDP 2017 pour m’avoir fait connaitre Sandrine Collette et vive les QDP 2018 pour m’avoir permis de la revoir !!!!

Roman publié aux éditions Denoël (Sueurs froides)

 

Alors… tenté ?

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Poche Broché Ebook

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *