Sang famille / Michel Bussi

Sang famille / Michel Bussi

couverture du roman sang famille de michel bussi« Tel un soleil brutal, la lumière du phare des Enchaînés inonde la pièce. Une seconde à peine. Puis l’obscurité reprend le dessus, simplement percée du halo des lampes torches.
Je vais mourir ici. C’est une certitude. Une seule question me hante, la dernière : jusqu’où sont-ils prêts à aller pour me faire avouer ? A fouiller ma mémoire, comme s’ils pouvaient en arracher les souvenirs qu’ils convoitent ?
Tout est allé si vite, à peine quatre jours. Je n’étais alors qu’un adolescent parmi d’autres. Un orphelin.
C’est du moins ce qu’on avait toujours voulu me faire croire… »

Avis : La couverture et le format de cette réédition sont une réussite. Sang famille est un très beau livre objet. La préface, écrite par l’auteur lui-même, est une mine d’information sur sa vie et l’écriture de ce livre. Et pour avoir récemment écouté l’auteur évoquer le thème de la famille lors d’une conférence, j’ai trouvé d’autant plus intéressant de voir que ce roman, où l’enfant est orphelin, soit dédié au père de Michel Bussi.

Il y a plusieurs aventures dans cette histoire. Des aventures passées avec de l’amour et des abus de pouvoirs, mais aussi des aventures présentes avec de l’amour (du sexe ? enfin, on en parle beaucoup mais il n’y a qu’une seule scène sur la plage), des histoires d’héritages et des évasions de prisons.

J’ai aimé les descriptions des pensées adolescentes. J’ai aimé le tout premier chapitre sur l’évasion des deux malfrats de la prison de l’île de Mornesey. Surtout la fin, que je me permets de citer ici :

Avant de perdre connaissance, Jéremy compris que plus jamais ses jambes ne pourraient le porter. Il pourrait peut être, un jour, en souffrant le martyre, s’accrocher, s’agripper, se lever. Mais l’ivresse de la glisse plus jamais. Ni poisson, ni oiseau. Mollusque pour toujours.

J’ai aimé que le trésor, comme dans Code Lupin, ne soit pas QUE la richesse.
Il y a de l’humour aussi, avec Clara la secrétaire ou Armand le petit avorton qui se la joue.

Mais je pense que je fais une intoxication à Michel Bussi ! Je viens de lire en quelques mois, quatre de ses romans, et j’ai l’impression de toujours reconnaître le même schéma. La présentation de ses chapitres en lieux, heures et dates me donne des boutons. Le premier chapitre où il nous explique que le personnage principal est foutu, est aussi un autre de ses tours de passe-passe… et ici m’a quand même fait sourire. Ne me croyez pas sur parole, mais j’ai vu venir la supercherie de loin. Et enfin, il est question de course poursuite dans ce roman comme dans d’autres de l’auteur.

Bref, Sang famille m’a détendue et se lit facilement, mais il ne restera pas dans mes livres préférés.

Roman publié aux éditions Presses de la cité

 

Je le veux !

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Broché Ebook

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *