Juste après la vague / Sandrine Collette

Juste après la vague / Sandrine Collette

couverture de juste apres la vague de sandrine collette

Il y a six jours, un volcan s’est effondré dans l’océan, soulevant une vague titanesque, et le monde a disparu autour de Louie, de ses parents et de ses huit frères et sœurs. Leur maison, perchée sur un sommet, a tenu bon. Alentour, à perte de vue, il n’y a plus qu’une étendue d’eau argentée. Une eau secouée de tempêtes violentes, comme des soubresauts de rage. Depuis six jours, ils espèrent voir arriver des secours, car la nourriture se raréfie. Seuls des débris et des corps gonflés approchent de leur île.
Et l’eau recommence à monter. Les parents comprennent qu’il faut partir vers les hautes terres, là où ils trouveront de l’aide. Mais sur leur barque, il n’y a pas de place pour tous. Il va falloir choisir entre les enfants.

Avis : Sandrine Collette se révèle encore un fois une conteuse exceptionnelle d’histoires sordides, de destins malchanceux et d’humanité boiteuse.

On est plongé quelques jours dans la vie d’une famille qui survit après un tsunami. Perdus sur leur îlot qui abrite encore leur maison qui prend l’eau, des poules, un pommier chétif et un ponton avec une barque, 9 enfants : Liam, Mattéo, Louie, Perrine, Noé, Emilie, Sidonie, Lotte, Marion et leurs deux parents, Pata et Madie. Comme l’eau continue à monter, et que la barque ne peut contenir que 8 personnes, un choix terrible va être fait. Ce choix est tellement abyssal que rien ne sera jamais comme avant entre Pata et Madie. Louie est celui que l’on suit et dont on ressent toutes les émotions, au début du moins. On suivra ensuite Madie, cette mère courage qui laissera des plumes dans ce non choix que la vie lui impose. Puis on suivra Pata, un peu, douloureusement.

Il y a dans Juste après la vague, des revirements de situations, des accostages de naufragés, une attaque de bête des profondeurs et des rencontres improbables.
Le suspense est présent du début à la fin. Et quand je dis « fin », je veux bien dire jusqu’au dernier mot. Sans relâche, l’auteure nous entraîne dans le sillage du premier départ, puis dans la tentative de survie de ceux qui restent, et enfin, leur départ après des péripéties houleuses. On suit également ceux qui partent et leurs aventures sombres et tristes.

Il y a de l’humanité glorieuse et de la piteuse. Des erreurs qui se révèleront ne pas en être et des tentatives qui en seront. Bref, il y a des fulgurances d’une rare beauté et des beautés d’une rare bestialité.
Comme toujours, le meilleur côtoie le pire et c’est justement cela que je viens chercher dans les livres de Sandrine Collette. Ces rebondissements qui font grandir en nous laissant des frissons.

Roman publié aux éditions Denoël (Sueurs froides)

 

Alors… tenté ?

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Broché Ebook

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *