Trois oboles pour Charon / Franck Ferric

Trois oboles pour Charon / Franck Ferric

couverture de Trois oboles pour charon de Franck Ferric

Pour avoir offensé les dieux et refusé d’endurer ma simple vie de mortel, je suis condamné à perpétuellement subir ce que j’ai cherché à fuir : l’absurdité de l’existence et les vicissitudes de l’Humanité. Rendu amnésique par les mauvais tours de Charon – le Passeur des Enfers qui me refuse le repos –, je traverse les âges du monde, auquel je ne comprends rien, fuyant la guerre qui finit toujours par me rattraper, tandis que les dieux s’effacent du ciel et que le sens même de ma malédiction disparaît avec eux.

Avis : Habituellement, j’apprécie beaucoup les histoires atypiques. Malheureusement, ce ne fut pas le cas ici, et ma lecture de Trois oboles pour Charon fut longue et laborieuse.

Pourtant cela avait bien commencé. Le premier chapitre est extrêmement intrigant. Nous y rencontrons le héros, alors qu’il est le dernier homme sur terre et qu’il creuse sa propre tombe. J’étais vraiment curieuse de connaître son parcours. Hélas, celui-ci n’est composé que de morts et de massacres. J’avais l’impression que c’était sans fin. Condamné par les Dieux à ne pouvoir traverser le Léthée, sa vie n’est constituée que de résurrection au milieu de guerres, de batailles et de fuites en avant. Il faudra atteindre plus de la moitié du roman pour apprendre ce qui lui a valu d’en arriver là.

La quasi absence de dialogues accentue l’impression de monotonie. D’ailleurs les passages qui m’ont le plus plu étaient ceux où il se confrontait à Charon, et qui rompait avec cette langueur. Le texte est pourtant empreint d’une certaine musicalité, mais qui n’a pas su m’emporter. Et le héros étant assez imbuvable, je n’ai même pas réussi à compatir à son sort.

Avec Trois oboles pour Charon, Franck Ferric se lance dans une réécriture du mythe de Sisyphe ambitieuse. La condamnation du héros à revivre sans cesse les mêmes scènes, interroge sur l’absurdité de la vie, la capacité de l’humanité à répéter sans cesse les mêmes erreurs et à se complaire dans un cycle sans fin. Je ne doute pas qu’il trouvera son lectorat, mais je n’en fais pas partie.

Roman publié aux éditions Folio (SF)

Lire aussi l’avis de Brigt , Lorkhan

logo 4e edition challenge de la licorne

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *