The Innocent / Ko Yasung et Junichi Fujisaku

The Innocent / Ko Yasung et Junichi Fujisaku

couverture du manga the innocent de ko yasung et junichi fujisaku

Son dernier souvenir ? La chaise électrique, la cagoule, la main de l’exécuteur qui abaisse un levier… Lorsqu’il rouvre les yeux, Ash n’a que de vagues notions de ce qu’a été sa vie, et plus encore, des circonstances de sa mort. L’androgyne Angel lui annonce qu’il a été victime d’une erreur judiciaire et qu’il lui revient, à présent, d’éviter le même sort à d’autres innocents. Mais au fur et à mesure des missions, les souvenirs de l’ancien détective privé se font plus précis, jusqu’à la sordide découverte : c’est un complot machiavélique qui a mené à son exécution. Pour Ash, c’est le début d’une implacable vengeance qu’il accomplira par-delà la mort…

Avis : D’après une idée originale d’Avi Arad, l’intrigue de The innocent était plus qu’alléchante. Malheureusement, le statut de one-shot de ce manga ne permet pas de l’exploiter comme elle l’aurait méritée et le lecteur reste sur sa faim.

Condamné à mort pour un crime qu’il n’a pas commis, Ash, ancien détective privé, se réveille après son exécution auprès d’Angel. Il est devenu un être de cendres, et Angel est un ange supposé lui apprendre à devenir un agent du ciel, en empêchant d’autres erreurs judiciaires. On aurait facilement pu imaginer ici une série en plusieurs tomes rythmée par les missions et la formation d’Ash, nous amenant peu à peu à découvrir son passé. Mais il se retrouve confronté à celui-ci dès sa première mission.

Aucun temps n’est accordé à la mise en place de l’histoire, et cela est vraiment dommage. Cela donne un démarrage très brusque et un scénario pas assez fouillé. L’explication des anges et de leurs fonctions est expédiée en 2 ou 3 cases seulement. Les règles régissant les pouvoirs et les devoirs d’Ash sont flous. Et de manière générale, tout va beaucoup trop vite. De nombreuses choses ne sont pas très claires, et même en s’intéressant à la seule histoire d’Ash, il aurait fallu au minimum un tome supplémentaire pour bien rendre cette histoire.

Car les auteurs ont imaginé pour The innocent une histoire riche et aux multiples facettes : la vengeance d’Ash, les souvenirs de son passé, l’histoire de sa sœur, son histoire avec Rain, son rôle à elle dans l’intrigue, mais aussi les mystères entourant Angel, l’histoire de Josh et de Mira. Et on ne sait rien de Whirl, le double maléfique d’Ash, alors qu’il a clairement une histoire à raconter. Cette absence le relègue au rang d’accessoire alors qu’il a un rôle bien plus important. Bref, trop d’axes à développer et pas assez de pages pour le faire.

Dans l’introduction de The innocent, Avi Arad annonce même une « histoire d’amour poignante », mais là encore c’est un coup d’épée dans l’eau tant ces quelques pages ne sont pas suffisantes pour instaurer l’émotion.

Manga publié aux éditions Ki-oon – Traduit du japonais par David Le Quéré

logo abc imaginaire 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *