La stratégie du pékinois / Alexis Ravelo

La stratégie du pékinois / Alexis Ravelo

Couverture de La stratégie du pékinois d'Alexis RaveloBlondin est responsable de la sécurité d’un hôtel de luxe sur l’île de Grande Canarie. Un emploi stable, légal. Mais il n’a pas toujours été du bon côté de la loi, raison pour laquelle Junior, un dealer du coin, vient le voir : il a une dette à rembourser. Malgré sa vie rangée des voitures, Blondin a gardé son réseau et son savoir-faire. Tous deux vont mettre au point un coup fumant, aidés par le Palmier, un chômeur longue durée qui rêve de racheter un bar, et Cora, une prostituée de luxe au crépuscule de sa gloire.

Avis : Pour être franche, cette Stratégie du pékinois, c’est THE stratégie. Aboyer plus fort que les gros chiens pour que ça passe, il faut des « cojones ».

Après Les fleurs ne saignent pas, Alexis Ravelo a toujours tout bon : les rebondissements, l’humour, les phrases improbables et faire en sorte que des petits pieds nickelés  tiennent têtes à des gros cadors. Ici, c’est Tito (dit le Palmier), Cora, Junior et Blondin contre Constantine et ses dealers.

Il y a des tromperies plus grandes que d’autres et surtout que je n’ai pas vu venir. Au partage du butin dans un terrain vague, la bagarre est mythique. La rencontre dans le couloir chez Tito est jubilatoire. Dans les montagnes, c’est de l’héroïsme à l’état pur. Et la femme de Constantine a un sacré cerveau.

L’humour est noir et les sentences de certains sont mémorables :

Un ringard qui roule en Porsche Carrera dans Las Palmas, c’est comme un bison dans un poulailler, tu peux pas le rater.
Et lorsqu’ils parlent de leurs armes respectives :
Je crois savoir que la mienne est plus grande. Mais ni toi ni moi n’avons intérêt à les dégainer, pas vrai ?

J’aime vraiment beaucoup le côté David contre Goliath qu’Alexis Ravelo met dans ses livres. Il nous rend bienveillants envers ces pauvres bougres qui essaient de s’en sortir comme ils peuvent contre des requins de la drogue. Il y rajoute toujours un grain de sable dans l’engrenage avec ici un cousin avocat débile.

La stratégie du pékinois est un très bon livre, qui part moins au quart de tour que Les fleurs ne saignent pas, mais dont la fin m’a plus plu. Elle est originale et le girl power est un petit plus savoureux.

Vivement d’autres traductions françaises de cet auteur, car je ne sais malheureusement pas lire en espagnol !!

Roman paru aux éditions Mirobole – Traduit de l’espagnol par Amandine Py.

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *