Shangri-la / Mathieu Bablet

Shangri-la / Mathieu Bablet

Couverture de Shangri La de Mathieu BabletL’espace infini. L’homme et Tianzhu Enterprises.
Tianzhu TV, TZ-Phones, Tianzhu-Tab, Tianzhu Fitness, Tianzhu Burgers, Tianzhu Immobilier, Tianzhu Bank…
Le monde est parfait car Tianzhu Enterprises veille à votre bonheur.

Avis : Avec Shangri-la, Mathieu Bablet nous présente une œuvre d’anticipation dystopique et ambitieuse, avec des thématiques fortes et actuelles.

L’homme a dû fuir la planète suite à une catastrophe écologique. Ce qui reste de l’humanité vit désormais dans son orbite, sur la station spatiale dirigée Tianzhu Enterprises. Tianzhu vous emploie, vous nourrit, vous divertit, Tianzhu vous rend heureux.

Scott est un bon petit soldat de cette société ultra-contrôlée. Remettre en cause le système ? Mais il est parfait ! C’est sans discuter qu’il enquête sur de drôles d’accidents se produisant dans des labos de recherches atomiques. Mais cette enquête, combinée à la voix de son frère, résistant, et au climat social qui se détériore, va lui faire ouvrir les yeux sur le monde qui l’entoure. Et si le but de Tianzhu, n’était pas vraiment le bien de l’humanité ?

une publicité dans shangri-la de mathieu bablet

Société de consommation, embrigadement, manipulations génétiques, sur-médiatisation, extrémisme, radicalisation, rêve démiurgique, racisme… Les thèmes étudiés dans Shangri-la sont riches et multiples, reflet de notre société contemporaine. Mais c’est aussi un univers très noir que nous présente Mathieu Bablet. Son Shangri-la, loin du rêve utopiste auquel le nom fait référence, offre au contraire une vision extrêmement désenchantée et pessimiste de l’homme.

Je n’ai pas trop aimé les dessins, les visages particulièrement, malgré la minutie des décors et l’utilisation très intéressante de la couleur. Le rendu est assez froid, mais cela correspond bien à l’univers présenté. Pour les même raisons, il est difficile de s’attacher aux personnages. L’émotion est néanmoins bien présente, suscitée par l’horreur des situations.

La fin est un peu nébuleuse, mais chacun est ainsi libre d’y apporter son interprétation.

BD parue aux éditions Ankama (Label 619)

logo du challenge summer star wars rogue onelogo challenge de l'été 2017

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *