Faillir être flingué / Céline Minard

Faillir être flingué / Céline Minard

couverture de Faillir être flingué de Celine MinardUn souffle parcourt les prairies du Far-West, aux abords d’une ville naissante vers laquelle toutes les pistes convergent. C’est celui d’Eau-qui-court-sur-la-plaine, une Indienne dont le clan a été décimé, et qui, depuis, exerce ses talents de guérisseuse au gré de ses déplacements. Elle rencontrera les frères McPherson, Jeff et Brad, traversant les grands espaces avec leur vieille mère mourante dans un chariot tiré par deux boufs opiniâtres ; Xiao Niù, qui comprend le chant du coyote ; Elie poursuivi par Bird Boisverd ; Arcadia Craig, la contrebassiste. Et tant d’autres dont les destins singuliers se dévident en une fresque sauvage où le mythe de l’Ouest américain, revisité avec audace et brio, s’offre comme un espace de partage encore poreux, ouvert à tous les trafics, à tous les transits, à toutes les itinérances.

Avis : Un autre titre aurait été possible pour Faillir être flingué, vu qu’une amie m’a dit ne pas avoir aimé celui-ci : « ou comment être chamboulé au-delà des mots ? »

Ce roman m’a fait parcourir le grand ouest américain au temps de sa conquête. Avec un vocabulaire puissant, animal et vibrant, Faillir être flingué m’a fait ressentir les torrents bouillonnants lors d’une crue, m’a fait éprouver la tension entre les nations  (indiennes, asiatiques et « blanches »), apprécier un bain chaud au-delà du raisonnable et commercer avec le diable. L’auteure m’y a fait sentir chaque pulsation, chaque émotion, chaque palpitation de ces « héros de rien » qu’elle a su dépeindre avec une telle chaleur et lumière, que cela bouleverse ou chamboule pour revenir à mon titre accrocheur.

Céline Minard nous fait suivre et vibrer pour des familles soudées et des familles cabossées, des amitiés éternelles et des amitiés naissantes, des amours tendres et des paris amoureux orgueilleux. Bref, un condensé de vie pure que l’on se prend en plein cœur. Une vie dure, extrêmement, et rien de cette dureté n’est laissé de côté, mais une vie juste et simple. Une vie où finalement ceux que l’on croise savent (parfois) reconnaître en vous la valeur de votre humanité.

Bien sûr il y a des méchants, des chassés croisés, des blessures, des convois et des valises (au propre comme au figuré) qui rattrapent leurs maîtres. Tout est calibré pour que ce ne soit ni limpide ni simpliste, mais bien brillant et savamment orchestré.

Céline Minard fait cheminer ces hommes ET ces femmes sur des chevaux autant qu’à pied, mais c’est surtout leur chemin de vie qu’ils parcourent. Ils nous montrent combien il peut être facile de vivre pleinement ses désirs, besoins et envies sans que cela ne soit préjudiciable aux autres ou même à soi-même.

Faillir être flingué m’a profondément touchée (ahah) et je le recommande inconditionnellement.

Roman paru aux éditions Rivages Poche.

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *