Merfer / China Miéville

Merfer / China Miéville

couverture de Merfer de China MievilleLa Merfer. Elle recouvre l’essentiel de ce monde, son réseau de rails dense, dont on ne connaît ni début, ni fin, dont nul ne sait l’origine, est la seule voie pour les hommes sur une terre devenue propriété d’un bestiaire terrible et fantastique, aux proportions démentes et à l’appétit vorace.
Parmi ces créatures, la plus formidable de toutes, la gigantesque taupe albinos : Jackie La Nargue. Et à ses trousses, le Mèdes, un train taupier mené par la capitaine Picbaie qui traque la bête telle une obsession depuis qu’elle a emporté son bras. À ses côtés, le jeune orphelin Sham découvre l’univers de la chasse, fait d’excitation et de dangers, d’aventures et de drames. À l’image de ce train déraillé et du mystère qu’il contient, dont Sham va devenir le dépositaire inattendu.
Une trouvaille énigmatique qui le conduira dans la plus folle des expéditions, jusqu’au bout de la Merfer, là où vivent les anges…

Avis : China Miéville est un créateur d’univers. Chacun de ses romans nous transporte dans des contrées inexplorées. C’est encore une fois le cas ici, avec la description de ce monde post-apocalyptique dérivé du nôtre. Merfer, la mer-de-fer… Bienvenue au pays des quêtes : initiatique, au trésor, obsessionnelle.

La Terre est désormais recouverte de rails. Entre eux, de grandes landes de terres annexées par de terribles prédateurs, enfouis dans les sables, guettant l’instant propice où un homme aura la folie de s’y aventurer. Mais les darbounes australes et autres rat-taupes ne sont pas les seuls à occuper la Merfer. On y trouve également de l’exhume, vestiges d’un temps passé qui se revendent à prix d’or sur les marchés. Ainsi, trains taupiers, exhumeurs et pirates parcourent la Merfer.

Sham est apprenti-médecin sur le Mèdes, le train de la capitaine Picbaie. Celle-ci poursuit inlassablement sa philosophie, Jackie La Nargue, une grande darboune qui lui a emporté le bras. Jusqu’au jour où ils vont croiser le chemin d’un train échoué et où Sham va découvrir que leur monde a peut-être encore bien des mystères à offrir. Sa curiosité va les entraîner, lui et bien d’autres à sa suite, dans une quête dangereuse à l’orée de la Merfer.

Roman d’aventure à l’univers exigeant – comme cela semble toujours être le cas chez Miéville – Merfer est un hommage évident au Moby Dick de Melville. Mais pas que. Merfer parle de volonté, d’obsession, d’espoir, d’amitié, de courage, d’exploration de soi. China Miéville nous invite ici à la suite de personnages hauts en couleurs, alternant moments de réflexion et moments plus rythmés. Car le voyage de ces héros d’un autre temps, plus baroque, plus âpre, sera émaillé de courses-poursuites, combats, trahisons.

Roman paru aux éditions Fleuve (Outre fleuve) – Traduit de l’anglais par Nathalie Mège

Lire l’avis de Mes imaginaires

logo abc imaginaire 2017logo du challenge destockage de pal en duo 2e annéelogo challenge de l'été 2017

10 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *