Mascarade / Ray Celestin

Mascarade / Ray Celestin

couverture de Mascarade de Ray Celestin1928. Chicago est la cité de tous les contrastes. Du ghetto noir aux riches familles blanches, en passant par la mafia italienne tenue par Al Capone, la ville vit au rythme du jazz, de la prohibition et surtout du crime, que la police a du mal à endiguer. C’est dans ce contexte trouble qu’une femme appartenant à l’une des plus riches dynasties de la ville fait appel à l’agence Pinkerton. Sa fille et le fiancé de celle-ci ont mystérieusement disparu la veille de leur mariage. Les détectives Michael Talbot et Ida Davies, aidés par un jeune jazzman, Louis Armstrong, vont se charger des investigations.
Au même moment, le corps d’un homme blanc est retrouvé dans une ruelle du quartier noir. Le meurtre en rappelle un autre à Jacob Russo, photographe de scènes de crime, qui décide de mener son enquête.
Quel est le lien entre ces deux affaires ? Y a-t-il un rapport avec le crime organisé ? Car la vieille école d’Al Capone et de la contrebande d’alcool est menacée par de jeunes loups aux dents longues qui, tels Lucky Luciano ou Meyer Lansky, n’hésitent pas à se lancer dans le trafic de drogue.

Avis : J’avais beaucoup aimé Carnaval, le premier roman de l’auteur, qui introduisait une série de 4 ouvrages retraçant l’histoire du jazz et de la mafia pendant 50 ans au XXe siècle. C’est donc sans hésiter que j’ai souhaité lire ce 2e volet, et vraiment je ne le regrette pas ! Mascarade est encore meilleur, grâce notamment, à un rythme mieux géré.

Nous sommes en 1928, neuf ans donc après les évènements de Carnaval. Ida et Michael ont quitté la Nouvelle-Orléans et travaillent désormais ensemble pour l’agence Pinkerton de Chicago. Nous retrouvons également Louis Armstrong, devenu roi des clubs de jazz. Et s’il manque quelque chose à ce roman pour qu’il ne soit parfait, c’est une bande son accompagnant les partitions de Louis !

Ray Celestin est parvenu à trouver un nouveau cadre à son intrigue, aussi accrocheur que l’était celui de la Nouvelle-Orléans. Il arrive à retranscrire l’humeur âpre et violente du Chicago des années 20, si marqué par son grand banditisme, sa corruption, mais aussi l’effervescence qui y régnait. Face aux dangers de la rue, à la mort qui pouvait vous faucher au hasard d’une bombe qui ne vous était pas destiné, s’oppose la vie, l’énergie virevoltante et le pouls d’une ville qui bat au rythme du jazz.

Nous suivons 3 intrigues en parallèle. Ida et Michael enquêtent sur la disparition d’une jeune fille de la haute société de Chicago mais dont personne, étonnamment, ne semble se préoccuper ; Jacob, photographe criminel, s’intéresse à la mort brutale d’un gangster qui a fini au fond d’une ruelle, les yeux arrachés de leurs orbites et à la disparition de sa petite amie noire ; enfin, Dante est missionné par Al Capone lui-même pour découvrir un traitre au sein de l’Organisation.

On ne s’ennuie pas une minute dans cette mascarade qui porte bien son nom. On retrouve avec plaisir Ida et Michael, et on apprécie tout autant les nouveaux personnages introduits (Dante et son histoire tragique, Jacob et sa soif de justice). Attachants et finement construits, ils portent cette histoire complexe et dangereuse, s’y investissant avec leur courage, leur cœur et leurs valeurs.

Si la prohibition frappait à la porte dans Carnaval, nous sommes ici dans son cœur.
Je serai au rendez-vous de la 3e partie, qui se déroulera dans les années 40 à New York !

Personne n’avait remarqué le tango meurtrier qui s’était terminé sur le bitume de la ruelle. Ou alors personne ne s’en était soucié. C’était ça, Chicago. Une ville de contrastes brutaux, d’ombres et de lumière.

Roman publié aux éditions Cherche midi – Traduit par Jean Szlamowicz

logo du challenge destockage de pal en duo 2e annéelogo challenge de l'été 2017logo challenge de la licorne 3e edition

Enregistrer

8 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *