Mad dogs / James Grady

Mad dogs / James Grady

couverture de Mad dogs de James Grady aux éditions Rivages noirDans un hôpital psychiatrique ultrasecret, sont internés cinq ex-agents de la CIA. Envoyés en mission dans les points chauds de la planète, ils souffrent de syndromes post-traumatiques aigus. Un jour, ils découvrent leur psychiatre assassiné. Un meurtre discret, exécuté par des professionnels et dont ils seront immanquablement accusés. Leur seule option est de s’enfuir à Washington où se trouve l’homme qui, peut-être, détient la clé du mystère. Mais comment s’évader d’un lieu aussi bien gardé qu’une prison de haute sécurité ?

Avis : Ces Mad dogs ne sont pas si fous qu’ils en ont l’air ou plutôt, disons que c’est une folie qui me plait !

Dans un road-trip burlesque, poétique et viscéralement humain, 5 agents de la CIA évadés d’un hôpital psychiatrique vont élucider un mystère/complot, que personne à part eux, n’aurait pu mettre à jour. Ils vont de là même retrouver, en partie, leur santé mentale, sauver l’honneur de leur psychiatre et même rencontrer l’amour (superbe twist à tomber par terre et vraiment pas le plus important dans l’histoire, mais très sournois et rigolo).

C’est une histoire d’amitié, de loyauté et de sécurité nationale.

Avec une certaine désillusion, c’est vrai, mais aussi une beauté de l’abnégation dont font preuve les agents secrets, James Grady nous fait entrevoir un monde que l’on connait peu, celui des renseignements. Il nous montre les horreurs, la tricherie, les scandales étouffés. Il nous montre aussi les soins apportés aux Mad dogs, autant pour les protéger d’eux même, que pour protéger la société. Il nous fait apercevoir enfin, la capacité qu’ont encore ces êtres blessés à se faire confiance et à monter une équipe de choc pour sauver le monde.

Le suspense est entier d’un bout à l’autre de ce super roman d’action. J’ai même pensé un instant que c’était un schizo. Mais non, il y a bien 5 personnes atteintes d’un syndrome post-traumatique mais qui vont pouvoir compter les uns sur les autres et recréer un cocon protecteur autour d’eux, une famille professionnelle de l’enquête et de l’information.

En chemin, ils rencontrent une infirmière, d’autres agents, le père de leur psychiatre, des rockeuses, des postiers, un vendeur de sexshop, un lycéen (qui leur fournit des amphétamines et des contraceptifs, si si !!!!!), des voitures, et un retraité qui est mort seul dans son garage. Tout ceci tient merveilleusement bien la route et les flash-back pour comprendre comment chacun en est arrivé là sont splendidement bien intégrés.

Vous l’avez compris, je recommande chaudement la lecture de ce Mad dogs.

Roman publié aux éditions Rivages/noir – Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *