The casual vacancy / J.K. Rowling

The casual vacancy / J.K. Rowling

couverture de The casual vacancy de JK RowlingWhen Barry Fairbrother dies in his early forties, the town of Pagford is left in shock.
Pagford is, seemingly, an English idyll, with a cobbled market square and an ancient abbey, but what lies behind the pretty façade is a town at war.
Rich at war with poor, teenagers at war with their parents, wives at war with their husbands, teachers at war with their pupils…Pagford is not what it first seems.
And the empty seat left by Barry on the parish council soon becomes the catalyst for the biggest war the town has yet seen. Who will triumph in an election fraught with passion, duplicity, and unexpected revelations?

Avis : Dans un style impeccable, ce roman noir, violent, dérangeant laisse sa marque sombre.

Basé dans un petit village de l’ouest d’Angleterre, Pagford, The casual vacancy est noir car les méchants gagnent en partie. Donc pas totalement, et avec, ironie du sort, des blessures narcissiques complexes…

Il s’agit du délitement du tissu social qui se produit quand l’un des conseillers paroissial, Barry Fairbrother, meurt, laissant sa place vacante pour une élection. Cela va donner lieu à des horreurs par mail avec comme nom de code « Ghost of Barry Fairbrother« . Mais le côté fantaisie de ce roman s’arrête là. Les auteurs de ces mails, sont bien vivants et dévoilent les secrets des aspirants. Malheureusement, ces horreurs ne sont même pas des calomnies mais sont bien véridiques. Noir, vous avais je dis ?

Je disais donc aussi de ce roman qu’il est violent car chacun connait tout le monde, mais sous cette surface lisse se cachent pêle-mêle : drogue, inceste, viol, racisme ordinaire, violence conjugale, trouble obsessionel-compusif, tromperie, petitesse, jalousie et déception.

Par exemple, certains personnages ne font du bénévolat que pour le prestige que cela peut leur rapporter. Ou bien ils ne supportent les étrangers que s’ils sont chirurgiens cardiaque et beaux gosses. Ils n’aident leurs enfants que s’ils sont bons à l’école. Ils ne se préoccupent pas de leurs conjoints et de leurs besoins ou envies, mais uniquement des leurs propres. Ils frappent leur famille, dès qu’ils se sentent menacés dans leur intelligence ou leur pouvoir.

Ainsi la violence peut être physique, mais elle est morale également. Devoir supporter son conjoint dans une course à l’élection que l’on sait être contraire à son bien-être ou à celle de votre couple, et en subir les affres (stress, coups…), ce n’est pas comme cela que l’on envisage sa vie.

The casual vacancy est dérangeant car en nous faisant voir le dessous des choses (dans une élection qui n’a pourtant que peu d’intérêt en termes de pouvoir…), il révèle l’horreur de certains protagonistes. Et il nous montre également les facettes sombres et obscures de ceux qui sont censés être du bon côté de la barrière… Les défenseurs du centre de désintoxication, eux aussi, ont leurs sacs de linge sale. Eux aussi, ne sont pas toujours tendres avec leurs enfants. Eux aussi, ont des secrets.

Ce roman est aussi dérangeant car on pénètre dans la tête des gens. Chaque fois, un nouveau personnage prend la parole et JK Rowling, déroule son raisonnement et ses sentiments face à son interlocuteur, pour le lecteur. Les amalgames ou les incompréhensions entre chacun seraient comiques si elles n’étaient pas si tristes. De là, naissent des fausses idées et jusqu’à des vies gâchées.

J’ai apprécié les rebondissements, qui enfoncent la tête sous l’eau des protagonistes ou leur font croire qu’ils vont s’en sortir alors que non… Ou pas tout de suite !

J’ai trouvé l’histoire de la famille Weedon dévastatrice, et pourtant malheureusement d’une triste réalité. Alors que Kristal, la fille, essaie de s’en sortir et d’empêcher que son petit frère ne soit placé car leur mère est une junkie, elle perd l’allié qui croyait en elle. On est vraiment poussé dans nos retranchements par cette survie quotidienne et ce raisonnement de bout de chandelle au lieu de voir plus loin et d’y croire. Cela m’a touchée en tant que mère bien sûr, mais aussi en tant que femme.

Pour une fois, j’ai aimé la multiplication des personnages. Il n’y a pas moins de 18 protagonistes clés. Leurs tranches de vie misent à nu est un régal, mais aussi un abîme de petitesse et de douleurs. On est sans cesse à l’équilibre des sentiments que nous inspire chaque personnage. Tantôt JK Rowling nous le fait adorer tantôt on le conspue…..

Et certaines des filles ont le beau rôle, changent et évoluent, sortent de leur chrysalides et deviennent de beaux papillons….

Même si mon engouement pour ce livre n’équivaut pas à un Harry Potter, j’ai vraiment découvert une auteure de roman pour adulte, solide et passionnante, car je n’ai vraiment pas lâché ce livre.

Et je me note pour plus tard de voir son adaptation en série.

Roman publié aux éditions Little, Brown and Company

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *