Interview de Johan Héliot

Interview de Johan Héliot

Johan Héliot est un auteur d’imaginaire très prolifique. Plusieurs fois primé pour ses romans (Rosny Aîné, Masterton, Bob Morane), il est particulièrement connu pour sa série uchronique, La Trilogie de la Lune. Il revient au genre avec sa nouvelle trilogie, Grand Siècle, et c’est à l’occasion de la sortie du 1er tome, L’Académie de l’Ether, que nous avons le plaisir de l’accueillir aujourd’hui.

  • D’où vous est venue l’idée d’une uchronie à la cour du Roi Soleil ?

Portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud

J’envisageais depuis un moment de rejouer avec l’Histoire en science-fiction, mais pas avec les époques et les figures auxquelles j’étais habitué (plutôt le XIX° et le XX° siècle, ou l’antiquité). Bref, j’ai un jour eu la « vision » du célèbre tableau de Hyacinthe Rigaud, représentant Louis XIV en costume royal… mais avec un casque et des éléments de combinaison de cosmonaute ! Puis j’ai constaté que la durée de son règne correspond peu ou prou, à celle qui sépare les premiers essais aéronautiques des frères Wright, avec une technologie très rudimentaire, du premier pas sur la Lune. Il ne m’en a pas fallu plus pour me lancer dans une histoire racontant une forme de conquête spatiale durant le Grand Siècle !

  • Qu’est-ce qui vous plait tant dans l’uchronie, puisque ce n’est pas la première fois que vous vous prêtez à ce jeu (Trilogie de la lune, Françatome) ? Pourquoi ce désir de revisiter l’histoire, de dire « et si… » ?

Le plaisir du jeu, d’abord ! Puis celui de bousculer l’ordre classique des choses et des événements. Je considère que les auteurs d’uchronie sont les descendants d’Alexandre Dumas, qui s’amusait déjà à joyeusement malmener les faits et les personnages historiques, par exemple dans ses trois mousquetaires (qui font pour certains de petites apparitions dans L’Académie de l’Ether).

  • Avez-vous dû faire beaucoup de recherches pour poser le contexte de L’Académie de l’Ether ? Quelle est la part de vérité historique ?

Tout est vrai, sauf ce que j’ai inventé ! Blague à part, hormis les aspects de pure science-fiction, toutes les anecdotes rapportées, ainsi que les événements décrits, sont authentiques ! J’ai surtout travaillé avec des ouvrages comme le dictionnaire Louis XIV sous la direction de Lucien Bély, quelques biographies et des documents de vulgarisation, comme l’excellente collection « la vie quotidienne »…

  • Lors de ma lecture, il m’a semblé que l’intrigue de ce premier tome avançait vite. Pourquoi le parti pris de ces ellipses temporelles ?

Effectivement, j’effectue des sauts dans le temps entre certains chapitres. Mon ambition est de couvrir en trois volumes pas trop longs (j’aime de moins en moins lire et écrire des pavés, souvent pleins de pages de remplissage !) tout le règne de Louis XIV. Pas de temps à perdre, donc !

  • Pouvez-vous nous parler un peu de la famille Caron, des liens qui les unissent (ou les désunissent) et de leur place dans le récit ? Cette fratrie tout juste arrivée à Paris, sans le sou et sans influence, et dont pourtant (presque) chacun des membres va se retrouver impliqué dans les évènements qui vont marquer ce Grand Siècle ? Quel était votre but avec eux ?

Je voulais raconter les événements du point de vue de personnages candides, qu’on verra évoluer avec le siècle et les progrès technologiques induits. Je ne voulais pas utiliser seulement des figures historiques « toutes faites », mais construire aussi mes propres héros.

  • L’Académie de l’Éther contient des passages assez noirs, je pense notamment à ce qui se passe entre Pierre et Etienne, Place de Grèves. Était-ce un moyen de montrer le revers de la médaille ? Pensez-vous que les avancées technologiques doivent toujours s’accompagner d’un prix à payer ?

Je n’y pensais pas en ces termes, mais vous avez sans doute raison ! Simplement, c’est une époque très dure, assez violente et Couverture de l'académie d'éther de Johan Heliotsombre par bien des aspects. Je n’avais aucune raison d’édulcorer le propos, je tiens à me montrer le plus fidèle possible à une atmosphère réelle – malgré les libertés que je prends avec le déroulement des faits historiques !

  • Le ton et le vocabulaire employé dans le roman ont un aspect suranné. Comment avez-vous abordé la linguistique du texte ?

Chacun de mes romans, par son ambiance, son époque, impose son style. Ici, j’ai voulu rendre l’atmosphère d’un temps révolu par la langue et le langage. Je n’aime pas, à titre personnel, les romans historiques quand ils sont écrits avec un style décalé, trop contemporain, qui empêche d’adhérer à un certain état d’esprit… J’espère que je suis clair, je n’ai pas trop l’impression !

  • Les deux tomes suivants sont prévus en 2018 et 2019, vous avez donc déjà toute la trame en tête ?

Oui, dans les grandes lignes – j’ai les scènes principales. Le reste, les détails annexes, se construiront en cours d’écriture, comme toujours.

  • Est-il possible de nous en parler un peu ? Qu’est-ce qui attend les personnages ?

Ah ! Que pourrais-je dévoiler ? Disons que les hommes et les femmes Caron (ils vont grandir !) seront de plus en plus impliqués, au premier chef, dans la folle histoire de l’espace, pardon, de l’éther, en train de s’écrire en cette fin de XVII° siècle, pour le tome 2, et le début du XVIII°, pour le tome 3. Certains s’envoleront avec le premier vaisseau aérien, justement nommé le Soleil ; d’autres deviendront de grandes figures de l’opposition politique au roi… Mais j’en dis déjà trop !

  • Grand Siècle paraît dans une collection adulte, mais il vous est souvent arrivé d’écrire pour la jeunesse. Qu’est-ce qui vous décide pour l’un plutôt que l’autre de ces lectorats ?

Souvent, le projet de fiction détermine par lui-même sa place au sein de telle ou telle collection, adulte ou jeunesse. La façon d’aborder le récit, également. Vous avez précédemment souligné la noirceur de certains passages de ce premier tome. Nécessaire de mon point de vue à l’intrigue, en plus d’une certaine complexité de la situation politique initiale (la Fronde, etc.), elle obligeait à une publication dans une collection adulte (même si je sais bien que des ados liront éventuellement le livre !).

  • Avez-vous d’autres projets en cours dont vous souhaiteriez nous parler ?

En octobre prochain paraîtra chez Scrinéo un roman fantastique, intitulé Le feu dans le sang, où il sera question du paradis et de l’enfer, de la mort et aussi de l’amour…
Je vais poursuivre chez Lynks les aventures de Lena Wilder, mixant des ambiances à la True Blood et Sons of anarchy
Et je vais m’atteler à une nouvelle uchronie, mêlant un mythe fondateur de la SF à de grands événements de la première moitié du XIX° siècle, avec Frankenstein 1918 (tout est dans le titre !), prévu chez l’Atalante pour l’année prochaine…
Voilà pour l’immédiat – sans oublier, bien entendu, les deux prochains tomes de Grand Siècle : L’envol du Soleil en 2018 et La conquête de la Sphère en 2019 !

Merci Johan !

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *