L’ombre du pouvoir / Fabien Cerutti

L’ombre du pouvoir / Fabien Cerutti

Couverture de Bâtard de Kosigan de Fabien CeruttiLe bâtard de Kosigan, Tome 1

XIVe siècle. Le chevalier assassin Pierre Cordwain de Kosigan dirige une compagnie de mercenaires d’élite, parmi les plus réputées d’Occident. Surnommé le «Bâtard», exilé d’une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses capacités surnaturelles et son art de la manipulation au service des plus grands seigneurs d’Angleterre, de France et d’Italie.
Au mois de novembre 1339, sa présence en Champagne, dernier fief des princesses elfiques d’Aëlenwil, ne doit certainement rien au hasard. De joutes verbales en tournois, de combats sans merci en diplomatie nocturne, de la boue des bas-fonds aux alcôves des palais, chacun de ses actes semble servir un but précis. Bien malin qui pourra déterminer lequel…

Avis : L’ombre du pouvoir est une fantasy historique, légèrement teintée d’uchronie… ou pas ! Selon Fabien Cerutti, la magie et les créatures surnaturelles telles que les elfes ou les Aes Sidhes, ont un jour fait partie intégrante de notre monde. Dans ces pages, il nous invite à découvrir ce qu’il advint…

Nous suivons 2 temporalités. D’un côté, en 1339, Pierre Cordwain de Kosigan, dit le Batârd, est un mercenaire engagé dans les luttes de pouvoir du Royaume de France et du Duché de Bourgogne. De l’autre, nous découvrons la correspondance de Kergaël de Kosigan qui, en 1899 reçoit un mystérieux héritage de son ancêtre. La première partie est prépondérante en termes de place dans le récit, et je dois le dire, la plus passionnante. Ceci dit, la seconde sait, petit à petit, se montrer très intrigante.

Dans une lettre adressée à son grand héritier, le Chevalier de Kosigan prévient d’entrée : « Il se peut que je mente ». Le lecteur, dûment averti, peut maintenant tenter de démêler ce qui se passa dans la vie de ce maître de la manipulation. Combats et intrigues sont son lot quotidien. Très rythmé, le récit nous entraîne dans une suite d’actions, de rebondissements et de révélations.

On se sent à l’aise dans cette France moyenâgeuse, parfaitement décrite et mise en place par Fabien Cerutti. La féerie s’y insert parfaitement, et le lien fait avec 1899 permet de lui donner encore plus de poids. Kosigan est un héros accrocheur. D’un abord séducteur et désinvolte, il est néanmoins redoutable dans son métier. Tout est calcul chez lui, et il n’hésite jamais à jouer sur plusieurs tableaux en même temps. S’il se retrouve souvent impliqué dans les complots qui secouent les puissants de son époque, il suit en parallèle ses propres buts.

L’ombre du pouvoir est un page-turner efficace. J’ai hâte de lire la suite !

Roman publié aux éditions Gallimard (Folio SF)

Lire les avis de Blackwolf, Thrr-Gilag, Ptitetrolle

14 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *