Origines / Cassandra O’Donnell

Origines / Cassandra O’Donnell

Couverture de Rebecca Kean, tome 6 Origines, Cassandra O'DonnellRebecca Kean, Tome 6

Résumé : « Un coup de fil en pleine nuit augure rarement d’une bonne nouvelle. Quand c’est pour apprendre qu’un petit rigolo a décidé de faire mumuse avec un sort interdit depuis des lustres, je commence à perdre mon sens de l’humour. Et si, en plus, cette démonstration vise à éliminer un à un les chefs de clan officiant sur mon territoire, autant vous dire que je vois carrément rouge ! Avec tout cela, on voudrait que j’exerce un peu plus de sérieux mon rôle de reine des Vikaris. Pas de doute, les congés payés, c’est pas pour demain… »

Avis : Après 3 ans d’attente, Origines, le 6e tome des aventures de Rebecca Kean, est enfin paru. Et je dois dire que je suis plutôt déçue. Je ressors avec le sentiment que le roman a été écrit à la va-vite. D’abord, il est beaucoup plus court que tous les autres, ensuite il manque de construction. Et je ne parle pas des nombreuses coquilles qui parsèment cette édition.

Ce qui m’a profondément exaspérée dans Origines c’est le trop d’importance accordé aux histoires de cœurs. Cela commence doucement avec Mauranne. Alors qu’un meurtre vient d’être commis à l’aide d’un sort interdit, ce qui met tout son clan en danger, la seule chose qui la préoccupe, c’est d’aller faire du shopping parce qu’elle veut séduire quelqu’un… Mais bien sûr, celle qui remporte la palme, c’est Rebecca. Son côté « j’aime tout le monde » et « tout le monde m’aime » m’agace sérieusement. J’en viens à avoir envie de lui dire d’ouvrir un harem ou d’aller vivre dans une communauté hippie, mais d’arrêter ces mièvreries !! D’abord il y a eu Mark, puis Bruce et maintenant Ali…, sans compter bien sûr Raphaël. C’est vraiment pénible ! Même Leonora me déçoit, puisqu’elle semble vraiment développer le même travers que sa mère. Je ne supporte plus les triangles amoureux !

Mais revenons à l’histoire. La communauté du Vermont est attaquée, et leurs ennemis font dans l’efficacité brutale puisqu’ils utilisent des armes de destruction massive. Rebecca est donc fort occupée. Malheureusement j’ai ressenti à certains moments la même chose que dans Ancestral, lors de la bataille contre le Mortefilis : un manque d’enjeu et de profondeur. La scène avec la bête au clan chaman notamment, m’a parue surfaite. De plus, il n’y a pas de vraie fin à ce tome. Origines se termine sur des révélations concernant l’un des protagonistes et l’intrigue de départ est complètement oubliée.

Parlons un peu de ces révélations qui auraient dû faire tout le sel de cet opus. Vous l’aurez deviné, il y est question des origines des personnages. Elles m’ont déçue dans le sens où on les voit arriver à 4 kms, au contraire de Rebecca. Elle est hyper lente à la détente sur toutes les questions personnelles : Raphaël, les raisons du voyage en Gerlead. Le lecteur lui, n’a pas eu besoin d’attendre qu’on lui fasse un dessin pour comprendre.

Tout ça m’a un peu gâché l’histoire qui sinon, est assez conforme aux précédentes. On retrouve l’humour de Rebecca et ses réparties acides, une nouvelle enquête rythmée, les différents clans et alliés de Rebecca.

J’espère qu’on n’attendra pas encore 3 ans pour ce qui devrait normalement être le dernier tome, et que celui-ci relèvera sérieusement le niveau et me fera oublier ma déception.

Roman publié aux éditions J’ai lu

Enregistrer

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *