Demain les chats / Bernard Werber

Demain les chats / Bernard Werber

couverture de Demain les chats de Bernard WerberRésumé : A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut-être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la releve de la civilisation humaine.

Avis : À tous les fans de Bernard Werber, vous ne serez pas déçus ! Les novices, vous allez devenir accro ! Ceux qui n’ont pas toujours été accrochés par les livres de cet auteur, celui-ci va sûrement vous réconcilier avec lui.

Demain les chats est très original par sa beauté, et par le traitement de ses personnages. Mais il est dans la veine philoso-scientifique de Werber. On y parle de chats qui cherchent à communiquer avec nous les humains (comme dans Les fourmis ou même dans son Cycle des dieux). On y parle d’école pythagoricienne, de lien entre nombres et éléments comme dans les Thanatonautes, de notion de partage, de veiller sur son prochain, sa planète…. et bien sûr de religions, de réincarnation et des rêves (Cycle des anges) !

Le personnage de Bastet, la chatte qui cherche à communiquer avec sa servante humaine est humanisée dans sa relation aux autres. Très « féminine » dans son envie que son humaine la comprenne et n’aime qu’elle. Elle ne voit qu’en termes de possession (sa servante, son fils, ses croquettes…) avant de changer de cap. Ainsi, elle se voit à l’extérieur de son corps et vit des expériences de rêves avec une chamane humaine.

Le personnage de Pythagore est excellent dans son côté taiseux des sentiments. Il met en rage Bastet. Même son côté accro à internet est très humain. Il est l’ « encyclopédie du savoir relatif et absolu » à lui seul… car il est connecté grâce à une fiche USB au smartphone de sa maitresse. Ainsi, Werber fait en sorte que la science crée un nouveau chat, un chat 2.0. L’évolution est au centre des pensées de Pythagore, moins de Bastet. Mais cette évolution est au centre de tous les livres de Werber. Que se passerait-il si les rats prenaient le pouvoir dans le cas d’une épidémie de peste ?

Il y a du suspense (comme lors de l’arrivée du lion Hannibal…). Il y a un très bon chrono entre l’histoire qui se déroule racontée et vécue par Bastet et l’Histoire avec un grand H qui est racontée par Pythagore, ou la chamane.

Le terrorisme est au cœur de ce livre mais Bernard Werber va beaucoup plus loin, puisqu’il fait venir la guerre et la peste dans Paris. Dans l’air du temps et en nous plongeant dans la désinformation, les religions et les fanatismes antisciences, Demain les chats m’a beaucoup plu car il m’a interrogé sur les possibles dérapages que certains pays veulent entretenir, voire enclencher. Et surtout son mantra : éducation + culture et art + mémoire des évènements, y est porté à son paroxysme. Qu’un chat veuille laisser sa marque dans notre monde est un clin d’œil malicieux, à nos égos.

Demain les chats se lit très vite (peut être que cela vaut le coup de l’attendre en poche, mais il sera moins beau…) ; je l’ai terminé en deux jours. J’ai beaucoup aimé le traitement de l’histoire, mais la fin m’a paru un peu brutale et pas assez développée. Elle m’a laissée sur ma faim, sans jeu de mot ou presque, rapport à la famine et à la guerre qui apparaissent dans ce livre.

Roman paru aux éditions Albin Michel

Enregistrer

11 comments

  • De cet auteur j’ai lu Le cycle des Dieux, et si j’ai adoré le premier tome par la suite je suis allée de déception en déception, je n’ai pas du tout aimé la fin. En fait j’ai eu l’impression d’avoir perdu du temps et de l’argent. Celui-ci est quand même dans ma PAL, j’espère qu’il me réconciliera avec l’auteur! 🙂

    Reply
    • lisou

      Les séries ou les trilogies de Bernard Werber font souvent cet effet là, je trouve. Mon petit conseil, il ne faut pas les lire tous à la suite…
      Pour ce livre, il n’y aura pas de suite, enfin pas que je sache 😉 donc tu peux foncer ;0

      Reply
  • Il est dans les romans que je souhaite lire prochainement… Et je dois dire qu’avec ton début d’avis tu m’as donné beaucoup le goût, mais quand tu parles de côté philosophique, je ne peux pas dire que ça m’attire plus que ça !!! Toutefois, ce serait une première lecture pour moi de l’auteur !

    Reply
  • C’est pour le moment mon livre préféré de l’auteur, je n’en ai pas lu beaucoup (5 ou 6) mais celui ci m’a converti à Monsieur Werber pour de bon !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *