Bois d’ombre / Nathalie Dau

Bois d’ombre / Nathalie Dau

couverture de Bois d'ombre de Nathalie DauLe livre de l’Énigme, Tome 2

Résumé : Les ténèbres ont un cœur de lumière.
Une abomination. C’est ainsi que me voient les hommes. Nombreux voudraient que je n’existe pas. D’autres rêvent de m’asservir, corps et âme. Même Cerdric attend de moi que je renonce aux robes bleues de l’Équilibre, car elles augurent d’un avenir trop dangereux. Mon frère ignore ce que j’endure au Séminaire. Mais, pour respecter l’Énigme et entrer dans Bois d’Ombre, il me faut en passer par là, et trouver de quoi conserver ma lumière.

Avis : Source des tempêtes avait su m’emporter par sa richesse et sa maîtrise, c’est donc avec une grande impatience que j’attendais cette suite. Et Bois d’ombre ne fait qu’entériner le coup de cœur que j’ai pour Le livre de l’Énigme, et pour Ceredawn en particulier.

Après les épreuves du 1er tome, Cerdric et Ceredawn sont enfin parvenus jusqu’au Séminaire d’Atilda où ce dernier va pouvoir débuter sa formation. Sous la houlette de Ninnos l’omniscient, Ceredawn devra apprendre à maîtriser sa magie, et à cacher la couleur de son drac, qui le trahit comme un servant de l’Équilibre, ordre qui a été éradiqué par les Dieux licites. Au terme de 5 années éprouvantes, il devra affronter Bois d’ombre, y combattre les 12 et sortir en affichant son bleu… ou mourir.

Bois d’ombre se concentre majoritairement sur la première année d’apprentissage de notre jeune héros, qui sera déterminante de bien des manières. Ceredawn est donc cette fois le personnage principal. Nous continuons malgré tout à suivre Cerdric, qui s’est installé à Atilda afin de rester proche de son frère, et qui tente de s’y construire une vie.

Encore une fois, Nathalie Dau fait preuve de son talent incroyable pour créer des protagonistes forts et complexes. Un talent qui étreint, qui émeut, qui fait vibrer le lecteur pour ses héros. Au premier rang desquels bien sûr, Ceredawn. Ceredawn et ce poids incroyable qu’il porte sur ses frêles épaules. À chaque malune qui passe, à chaque rencontre, celui-ci semble toujours s’alourdir. Tant attendent de lui, tant lui font porter leurs espoirs… C’est étonnant qu’il ne se retrouve pas paralysé par cette charge. Et pourtant, il ne tient jamais rancœur à ceux qui comptent sur lui, et au contraire tente par tous les moyens de les protéger. Mais ce qu’il va devoir affronter ici est à même de changer un homme à jamais. Ceredawn parviendra-t-il à garder sa pureté ? Face à lui, Cerdric qui, malgré tout son amour, ne le comprend pas, et peine à l’accepter totalement. Ses préjugés, sa jalousie et son orgueil forment une barrière qui semble infranchissable entre eux. Il m’a plus d’une fois fait monter la moutarde au nez ! Nous retrouvons également Arvrilith, le dernier frère. Bien déterminé à faire endurer à Ceredawn toutes les souffrances qu’il a lui-même connues, il aspire, parallèlement, que cet être tant détesté parvienne à le sauver. Enfin, je ne peux pas ne pas citer Myrinielle, tant j’ai été impressionnée par sa force, son courage, et son ouverture d’esprit. Des nouveaux personnages que nous offre l’auteure, il est sans conteste mon préféré.

Mais Bois d’ombre est aussi le tome de la douleur, des inégalités, de l’injustice et de l’enfer pavé de bonnes intentions. Que ce soit dans le sort des Rives, peuple représentant l’incarnation de l’oppression, dans la discrimination des femmes qui se voient interdit l’entrée au Séminaire, dans l’assujettissement des plus faibles, dans la bêtise, l’homophobie, l’hypocrisie bien pensante des servants de la Loi… Et parce que le Livre de l’Énigme est un univers sombre, que l’Équilibre n’est pas chose aisée à trouver, même tenter d’agir avec justesse et justice peut avoir de terribles conséquences. Folie, sang et mort parsèment ces pages.

En lisant Bois d’ombre, vous allez grogner, parler tout seul, vouer certains personnages aux gémonies, et surtout, surtout, vous allez souffrir et trembler pour Ceredawn. Soyez prévenus !

Tu vas devoir apprendre. Apprendre que la chair cicatrice toujours, et que l’esprit peut l’imiter. Apprendre à bannir les mauvais souvenirs, pour qu’ils ne te lacèrent plus. Apprendre à empêcher l’avenir d’imprimer en toi ce qu’il contiendra de plus sombre.

Myrinielle à Ceredawn

Roman publié aux éditions Les moutons électriques (Bibliothèque voltaïque)

Lire aussi l’avis de Xapur

logo abc imaginaire 2017logo challenge de la licorne 3e edition

Enregistrer

7 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *