La fin d’une imposture / Kate O’Riordan

La fin d’une imposture / Kate O’Riordan

couverture de La fin d'une impostureRésumé : La veille de Noël, deux policiers frappent à la porte d’une jolie maison située dans une banlieue cossue de Londres. Rosalie est déjà lancée dans les préparatifs de cette fête de famille, comme pour oublier que Luke l’a trompée, lorsque les policiers leur annoncent le décès de leur fils aîné. Des mois de descente aux enfers s’ensuivent pour les parents et Maddie, leur deuxième enfant en pleine adolescence. Une chute qui semble brusquement s’interrompre lorsque mère et fille rencontrent Jed dans un groupe de parole. Jeune homme au charme envoûtant, il sait vite se rendre indispensable à la famille. Mais la vulnérabilité qu’a créée ce deuil n’est-elle pas la porte ouverte à toute forme d’emprise?

Avis : Cette imposture est vraiment diabolique ! On y suit Rosalie, une mère qui va vivre quatre fois l’horreur. D’abord à l’annonce de la mort accidentelle (?) de son fils Rob, parti en Thaïlande. Puis avec la descente aux enfers de sa fille, Maddie, qui se dit coupable. Rosalie ne peut pas vraiment compter sur son mari, Luke, car elle ne lui fait plus confiance depuis qu’il l’a trompé. Enfin, arrive Jed qui, s’il parait le parfait fils et gendre, n’en sera pas moins un piège redoutable.

J’ai lu La fin d’une imposture en deux jours tellement l’auteure m’a tenue en haleine avec ses découverts tantôt progressives, tantôt hallucinantes. Les sentiments à fleur de peau, Kate O’Riordan nous entraîne dans cette histoire de deuil qui bascule ensuite vers le malsain, la machination et le meurtre.

Les personnages sont si vibrants de peine que l’on ne peut que se sentir happé par leur douleur. Le lecteur devient alors empathique de cette situation malsaine. Mais si les différents évènements du début peuvent s’expliquer, ensuite certaines actions, notamment des parents qui ne font plus corps pour aider leur fille ou qui la laissent, en proie au deuil et à la culpabilité, leur faire du chantage affectif, m’ont paru un peu trop gros.

Pourtant, le rythme, les chausse-trappes que tendent Jed ou les sentiments contradictoires de Rosalie, la mère, m’ont poussée à continuer sur un rythme effréné ma lecture. Pour autant que certaines décisions soient bizarres, La fin d’une imposture n’en reste pas moins un très bon thriller. Kate O’Riordan y déroule ses mises en scènes, son suspense ainsi que ses révélations de manière parfaitement efficace. Les mystères entourant le passage de Rob en Thaïlande, puis la vie de Jed, inventée pour la plupart, rendent ce thriller très efficace. La quête de la vérité par Rosalie, au péril de sa vie et cette fois en protégeant sa fille, est vraiment haletante.

La fin est superbe, bien qu’un peu convenue. Elle est pourtant bienvenue avec toutes les montagnes russes (sentimentales et de suspense) que l’auteure nous fait ressentir !!!!

Roman publié aux éditions Gallimard (Folio Policier) – Traduit de l’anglais (irlande) par Laetitia Devaux

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *