Darker than Black, intégrale / Yuji Iwahara

Darker than Black, intégrale / Yuji Iwahara

couverture de Darker than black t.1 de Yuji IwaharaRésumé : Voilà 10 ans maintenant qu’un champ de force d’origine inconnue, la Porte des Enfers, s’est dressé autour de Tokyo. Ce mystérieux bouleversement s’est accompagné de la mutation de nombreux humains en êtres dotés de pouvoirs surnaturels, les Contractants. Ces implacables machines à tuer sont souvent employées illégalement par certaines organisations mafieuses, voire quelques organismes d’État, pour s’acquitter des basses besognes…
Si leur existence reste une rumeur pour le grand public, c’est en partie grâce à la Section 4, une brigade d’élite créée dans le but de surveiller et d’appréhender les Contractants pour empêcher leur circulation au sein de la société civile… Pour Misaki Kirihara, jeune et brillant lieutenant de la Section 4, les dernières semaines n’ont pas été de tout repos : un mystérieux Contractant erre dans les rues de Tokyo et dupe ses victimes, des humains au bord du suicide, en leur proposant de les aider dans leur quête de vengeance…

Avis : Darker than black est un thriller futuriste de 4 tomes qui prend place dans l’univers de l’animé du même nom. Yuji Iwahara, qui reprend ici dessin et scénario, est le créateur original des personnages de l’animé. Si cette enquête indépendante est tout à fait lisible sans connaître l’orignal, cela m’a personnellement manqué, d’autant que l’on apprend au cours de la lecture, qu’elle prend place entre les saisons 1 et 2. D’ailleurs, à la fin de chaque volume, une postface présente « Darker than black pour les nuls ».

Depuis 10 ans, se dresse à Tokyo un champ de force mystérieusement apparu, et appelé – très sobrement – la Porte des Enfers. Au même moment, certains humains se sont mis à développer des pouvoirs surnaturels ; ils sont appelés les Contractants. Harvest est l’un d’entre eux, il vient d’arriver à Tokyo et sème sur son passage désolation et mort, poussant les personnes maltraitées à la vengeance.

image darker than blackDarker than black présente un univers sombre. Les victimes de Harvest sont des êtres désespérés, victimes d’abus (humiliations, viols…) et en quête de vengeance au point d’en être prêt à sacrifier les leurs pour atteindre leur but. Heureusement un peu de lumière est apporté par le personnage férocement attachant de Parcel, une petite fille contractante.

L’intrigue repose ici sur la capture de Harvest. Pour tente de l’arrêter, la Section 4 d’un côté, une unité policière spécialisée ; de l’autre « La faucheuse noire » l’un des plus redoutables contractants, aidé par Parcel. Le récit est dynamique est prenant, plein d’action. On n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer et les 4 tomes défilent tout seul. Le graphisme est quant à lui agréable.
En tout cas, cela m’a sérieusement donné envie de regarder l’animé !

Manga publié aux éditions Ki-oon (Seinen) – Traduit par Géraldine Oudin

logo challenge ABC imaginaire 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *