Un peu plus loin sur la droite / Fred Vargas

Un peu plus loin sur la droite / Fred Vargas

couverture de Un peu plus loin sur la droite de Fred VargasLes Évangélistes, Tome 2

Résumé : En planque sous les fenêtres de l’appartement du neveu d’un député, place de la Contrescarpe, Kehlweiler avise soudain une drôle de chose sur la grille d’un arbre. Un petit déchet blanchâtre, au milieu d’excréments canins. Pas de doute, c’est un os. Et même un os humain… Naturellement, lorsque Kehlweiler apporte sa trouvaille au commissariat du 5e arrondissement, les flics lui rient au nez. Mais ce petit bout d’os l’obsède tellement qu’il abandonne ses filatures parisiennes et suit une piste jusqu’à Port-Nicolas, un village perdu au bout de la Bretagne. Là vit un pit-bull. Une sale bête, qui avalerait n’importe quoi. Y compris un bout de cadavre. Reste à trouver le cadavre. Et l’assassin…

Avis : Dire que j’ai dévoré Un peu plus loin sur la droite est un très mauvais jeu de mot – la piste d’un meurtre ne tient que par l’os du pouce d’une femme retrouvé dans les déjections d’ un chien… il l’a donc forcément en premier lieu dévoré !!! – mais tellement tentant puisque véridique ! J’ai lu le roman d’une traite, envoyant même mes enfants balader s’ils venaient me demander quelque chose pendant ma lecture.

Cette Fred Vargas est toujours délicieusement poétique et bien sûr, complètement barrée. Les personnages que j’avais adoré dans Debout les morts sont encore plus truculents et attachants. On y voit surtout saint Marc et un peu saint Matthieu.
En revanche, j’y ai découvert L’Allemand. Et je l’adore aussi ! Ce type, qui ne semble pas extraordinaire, est en réalité loin d’être ordinaire. Cet homme donc, résout non pas 1 crime (que personne n’avait vu, en Bretagne), mais bien 3 crimes (que personne n’avait vu, toujours) ; il arrête le meurtrier avant qu’il n’y ait d’autres morts et, par la même occasion, rend l’honneur à sa propre famille de Vierzon en démasquant un immonde personnage, tout ceci grâce à l’os du pouce d’une femme retrouvé à Paris !!!! Quel homme ! Il est bien sûr aidé dans sa quête par une vieille pute, un chasseur d’aurochs, saint Marc et ses nombreux contacts d’un temps où il était dans le gouvernement…. mais il faut quand même le faire, non ? Partir de Paris d’un malheureux os et arriver en Bretagne estourbir un affreux tueur ! N’oublions pas son crapaud et des machines à écrire…Vous me passez directement la camisole de force, non ?

Un peu plus loin sur la droite est un petit bijou d’archéologie, un thriller et un roman historique. C’est surtout un excellent moment de lecture loufoque mais tellement pointu et finalement d’une rigueur et d’une précision inouïe.
Donc, je continue ma quête d’un Fred Vargas raté 🙂

Roman paru aux éditions J’ai lu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *