Je sais pas / Barbara Abel

Je sais pas / Barbara Abel

couverture de Je sais pas de Brabara AbelQuatrième de couverture : Une belle journée de sortie scolaire qui vire au cauchemar. Une enfant de 5 ans a disparu. Que s’est-il passé dans la forêt ? A 5 ans, on est innocent, dans tous les sens du terme. Pourtant ne dit-on pas qu’une figure d’ange peut cacher un cœur de démon ?

Avis : Barbara Abel est une auteure que j’aime beaucoup et dont j’admire, à chaque fois, le choix des titres de ses romans, subtils, percutants et parfaits reflets de l’histoire proposée. Et si j’ai pris plaisir à ma lecture de son dernier roman, Je sais pas, je l’ai trouvé assez différent des précédents et, un peu en deçà. Le style est moins nerveux, le suspense moins présent. Jusque dans son titre, qui reprend simplement une phrase récurrente du récit.

La famille, thème récurrent chez l’auteure, est ici au centre de l’intrigue. L’amour, la haine, le besoin de protéger, parfois de s’enfuir, se cristallisent autour du conflit entre les Verdier et les Gilmont. Ces deux familles antagonistes vont s’affronter autour de la disparition de leurs enfants. Et c’est là le gros point fort de Je sais pas. Barbara Abel établit un parallèle entre les situations et les personnages, allant jusqu’à utiliser les même mots pour accentuer l’effet miroir. Ces deux familles qui se déchirent soin loin d’être aussi différentes qu’elles le croient.

Une œuvre noire sur des êtres égoïstes, intolérants et dont la situation accentue l’instabilité. Ne cherchez pas la lumière dans ses pages ! Les personnages ne sont pas très sympathiques, et il est difficile d’éprouver de l’empathie pour eux, que ce soit pour les parents, la petite fille de 5 ans ou l’institutrice diabétique. Ils seront les artisans de leur propre chute.

Toutefois l’intrigue manque un peu de tonus, et le fait de ne pas réellement apprécier les personnages nous éloigne de leurs préoccupations. On n’est jamais vraiment inquiet ou préoccupé pour eux. J’ai en outre vu arriver de loin la plupart des rebondissements, dont un majeur dans les enjeux de l’intrigue.

Roman publié aux éditions Belfond

logo du challenge les dames en noirlogo challenge de la licorne 3e edition

8 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *