Chimère captive / Mathieu Rivero

Chimère captive / Mathieu Rivero

couverture de Chimère captive de Mathieu RiveroLes arpenteurs de rêve, Tome 1

Quatrième de couverture : Fraîchement débarquée à Lyon pour ses études, Céleste regrette le climat d’outre-mer et la vie avec son père. Mais les choses commencent à changer le jour où elle découvre qu’elle peut naviguer dans les rêves des autres et les modifier, à l’instar de ses nouveaux colocataires. Si vous pouviez changer les rêves d’autrui, le feriez-vous ? Si vous découvriez un un songe qui n’appartient à personne, le visiteriez-vous ? Et comment réagiriez-vous si vous viviez tout cela… dans la peau d’un gros labrador ?

Avis : Après Or et nuit, Mathieu Rivero nous revient avec le premier tome d’une trilogie jeunesse s’encrant, de premier abord, dans le réel. Chose rare en imaginaire, l’intrigue se déroule dans une ville française, à côté de chez vous peut-être : Lyon. Mais les personnages de Chimère Captive ne sont pas tout à fait ordinaires. Ils connaissent les mystères de la nuit, voyagent dans des mondes ignorés…

Céleste vient de débarquer à Lyon et, si elle adore sa mère, elle n’envisage pas de vivre avec elle. La jeune fille cherche donc une collocation en attendant d’intégrer l’université. Keo, son ami d’enfance, va alors lui présenter Val et Mano ; l’un est peintre, l’autre, apprenti looser. S’engage une cohabitation aux répercussions qu’ils n’auraient pu imaginer.

Mathieu Rivero se concentre sur son intrigue, et va directement à l’essentiel : les arpenteurs de rêves, ou coureurs, comme ils se nomment entre eux. Le contexte entourant ses personnages reste lui singulièrement dans le flou, donnant presque l’impression d’avoir loupé une étape où celui-ci aurait déjà été détaillé. On aurait aimé en savoir plus sur les dons de la famille de Céleste, sur leur histoire ou sur la raison de sa soudaine venue en France. De même, le passé des garçons est quasi inexistant.

Si l’auteur alterne entre le point de vue narratif de ses 4 personnages principaux, celui de Céleste reste prépondérant. Son don et sa famille semblent au centre d’un mystère qui n’est encore qu’à peine effleuré.

Le point fort de Chimère captive est cette idée vraiment originale de pouvoir arpenter les rêves. Pas seulement les siens, mais ceux des autres, et surtout de pouvoir agir sur eux, de les guider tel un maître d’orchestre. De plus, Mathieu Rivero ne se contente pas de faire jouer à ses protagonistes les apprentis sorciers, il va jusqu’à développer le monde onirique, en faisant un véritable continent à explorer, avec ses peuplades, sa faune… et ses dangers. Un monde qui promet encore bien des révélations et des surprises.

La fin, étonnante, nous entraîne dans une direction complètement inattendue et ambigüe. Dans l’expectative, le lecteur ne peut alors que prendre son mal en patience, se demandant ce qu’il va advenir des héros…

Roman publié aux éditions Les Indés de l’Imaginaire (Naos)

logo challenge ete 2016logo le challenge de la licorne 2

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *