The kings of cool / Don Winslow

The kings of cool / Don Winslow

couverture de The kings of cool de Don WinslowSavages, Prequel

Résumé ; In Savages, Don Winslow introduced Ben and Chon, twenty-something best friends who risk everything to save the girl they both love, O. Among the most celebrated literary thrillers in recent memory, Savages was a Top 10 Book of 2010 selection by Janet Maslin in the New York Times and Stephen King in Entertainment Weekly as well as Sarah Weinman in The Los Angeles Times and publications around the world.
Now, in his high-octane prequel, Winslow reaches back in time to tell the story of how Ben, Chon, and O became the people they are. Spanning from 1960s Southern California to the recent past, it is a tale of family in all its forms—fathers and sons, mothers and daughters, friends and lovers. As the younger generation does battle with a cabal of drug dealers and crooked cops, they come to learn that their future is inextricably linked with their parents’ history. A series of breakneck twists and turns puts the two generations on a collision course, culminating in a stunning showdown that will ultimately force Ben, Chon, and O to choose between their real families and their love for each other.

Avis : O… fucking… O, you should read this book!*

Savages était une excellente surprise avec toutes les nouveautés pour moi : écriture stylée, sexe, violence, drogues, effet d’écriture, invention de mots et style uppercut. Aussi je doutais qu’un livre, et encore moins un prequel, puisse me faire le même effet…. car on le sait, les prequels ou les suites peuvent souvent s’avérer difficile à lire parce qu’on y perd l’effet nouveauté pour la sensation d’avoir déjà « rider » cette vague là.

Deux sentiments m’habitaient en ouvrant la première page de The kings of cool. Enthousiasme et angoisse d’être déçue. Mais déçue, je ne le fus pas une seconde.

Le style est toujours aussi bon, l’histoire toujours aussi folle et exciting. Même le bon vieux gag de la première page, avec seulement deux mots imprimés dessus, est toujours bienvenu car il y a un déjà un twist…et oui dès la première page, le page turner s’enclenche !!!!

Dans Kings of cool, il y a deux sets de rois, séparés par 30 ans environ. Les uns sont des hippies/businessmen and women des années 60-70. Les autres sont nos trois héros, déjà connus et appréciés : Chon, Ben et O(phélia). On retrouve également les personnages du cartel, les flics, l’agent immobilier, la mère d’Ophélia et les parents de Ben déjà présents dans Savages.
D’autres personnages sont brand new mais très intéressants également. John, Doc et Stan pour ne citer qu’eux.
Le passé et le présent collapsent, se répètent… un peu, beaucoup, à la folie ?
Les dés sont-ils pipés ?
Je ne vous en dirais pas plus, car le spoil serait alors inévitable… mais j’ai adoré me laisser tomber dans le panneau tendu par Don Winslow !

J’adore le mélange culturel entre Ben, bien pensant de gauche mais dealer de shit, et Chon philosophe de droite malgré sa vision binaire du monde ; les réparties, citations, définitions du dictionnaire des deux amis d’enfance. J’aime toujours autant les créations de mots. Et par dessus tout, les relations étranges, que ce soit entre les trois amis ou entre O(phélia) et sa mère. Bling bling, low key et jet set mêlés.
The kings of cool are definitly cool…. but are they too cool for school? Lisez ce terrific livre et vous le saurez!
Moi, of course j’ai déjà voté « YES« .

* Les mots en italiques sont en anglais.
Roman publié aux éditions Arrow books

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *