Le chant des Épines / Adrien Tomas

Le chant des Épines / Adrien Tomas

couvertuire de Le chant des epines de Adrien TomasLe royaume rêvé, Tome 1

Résumé : Ils sont les héritiers des clans nordiques.
Ils rêvent d’unifier et de pacifier leurs terres.
Cet espoir se transformera-t-il en cauchemar ?
Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet d’unifier les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse.
Mais leur chemin vers cette quête sera semé d’embûches : le respect du peuple s’arrache dans le sang et les larmes, et la victoire sur leurs ennemis demandera de grands sacrifices. Lorsque le Nord, déjà affaibli par les querelles des Quatre Citadelles, devient la cible des mandragores, redoutables créatures issues des sombres enchantements des Elfes, le doute n’est plus permis : ils sont la dernière chance de survie des marches du Gel. Pour les combattre, les lames, le verbe et la magie seront leurs seules armes.

Avis : En seulement 2 romans Adrien Tomas a su me convaincre ; les deux, pourtant fort différents, se révélaient riches et particulièrement efficaces. Je ne pouvais donc manquer la sortie du Chant des Épines, premier tome d’une série de fantasy épique qui s’annonce fort prometteuse.

Nous voilà de retour dans le Sixième Royaume – longtemps avant les évènements de La geste et de La maison des mages, il n’est donc pas nécessaire d’avoir lu l’un ou l’autre pour se lancer dans celui-ci. De haute lutte, les humains ont réussi à se libérer du joug oppresseur des elfes. Un clan s’est particulièrement illustré lors de la Grande Révolte, la maison Svelsen. Après s’être déchirés en luttes intestines, les différents clans des Marches du Gel, se sont réunis ou inclinés sous la bannière de celui-ci. Et, pour garantir l’unité du pays, les héritiers de chaque maison sont envoyés en tant qu’otages à la citadelle Svelsen. Ils y sont formés pour devenir les Épines qui protégeront le royaume de ses ennemis… aussi bien extérieurs qu’intérieurs.

Le chant des Épines est un tome de mise en place. Adrien Tomas installe ses cartes et notamment ses pions : les Épines des Marches du Gel. L’histoire se construit autour d’eux et c’est peu à peu que se dévoilent les enjeux. On retrouve ici le procédé narratif employé à chacun des romans de l’auteur : pas de numéros de chapitres, mais le nom du personnage que l’on suit. Les Épines bien sûr, mais également les figures qui gravitent autour d’elles. Et petit à petit l’auteur nous emporte dans ses filets. Au fur et à mesure que l’intrigue se précise, c’est un lecteur de plus en plus captif qui tourne les pages. Les cent dernières pages se lisent d’une traite.

Les protagonistes forment l’armature du roman et certains se dégagent particulièrement. J’ai particulièrement aimé Vermine et Merisia. Vermine est une pré-adolescente toute à fait particulière, dû à l’éducation qu’elle a reçu… ou plutôt à l’absence d’éducation ! Farouche, elle affiche librement ses convictions et annonce la couleur dès le départ avec le prénom pour le moins original qu’elle s’est choisi ! Merisia quant à elle, est l’atout charme des Épines. Vive, enjouée, toujours de bonne humeur, on ne peut que l’apprécier. Elle n’en n’est pourtant pas moins déterminée que ses condisciples, elle le prouvera de façon assez inattendue. Solheim promet également d’être fort intéressant, mais il est pour l’instant encore trop en retrait. Enfin, La Locuste, personnage ambivalent, maître dans l’art d’avoir toujours un coup d’avance… Qui est-il vraiment et quels sont ses buts ?

Bien construit et aux péripéties efficaces, Le chant des Épines réussit parfaitement sa mission : donner au lecteur l’envie certaine de lire la suite. Une seule chose m’a gênée : l’âge des protagonistes principaux. La plus jeune a 12-13 ans et le plus vieux 17 ; ils m’ont parfois paru dotés d’un comportement et d’une maturité sexuelle qui ne me semble pas adapté à leurs âges et à leurs expériences.

Il est une machine. Il est une machine mise au monde par une autre machine. Il est un homme de métal capable de penser. Il a envie de hurler, mais en est incapable. […] Il est un homme de métal avec des ailes.
Un ange de fer.

Roman publié aux éditions Mnémos

LC avec Licorne

logo challenge ete 2016logo challenge ABC imaginaire 2016logo le challenge de la licorne 2

Enregistrer

10 comments

  • ah ! Presque 2 mois que je sais qu’il va sortir, et je suis suuuuuuper pressée de le lire !!!! Il sort demain je crois non ?
    Par contre je t’avoue que j’avais un peu peur, parce que « La maison des mages » et « Notre-Dame des loups » m’avaient laissé … insatisfaite 😛 Alors que j’avais adoré, adoré, adoré !! « La Geste ». J’avais donc un peu peur pour celui-là. Mais ton poste m’a rassuré et convaincu !! Je vais me le procurer, et me dépêcher de le lire !!
    Merci !
    Bonne soirée 😉

    Reply
    • Zina

      Non il est sorti hier 🙂
      J’espère qu’il te plaira !! Je n’ai pas (encore) lu La Geste, mais moi j’avais bien aimé La maison des mages et j’avais adoré Notre dame !!

      Reply
      • o.O
        Il est sorti ?!!! Ah ! Je file en librairie cette après-midi !!! merci pour l’info 😀
        Selon moi « La Geste » est sans conteste son meilleur 😉 j’espère que tu l’apprécieras, mais si tu as aimé « La maison des mages », y’a pas de raison qu’il ne te plaise pas.
        Bonne journée ! Et merci de ta réponse 🙂

        Reply
  • Voila j’ai fini, et j’ai beaucoup aimé, on a un peu de mal au départ avec la gymnastique qui nous fait changer de personnages souvent, mais c’est comme dans « Notre dame des loups », cela ne perturbe en rien l’avancée de l’intrigue avec des points de vues différents et finalement, je m’aperçois que j’aime beaucoup cette façon de procéder.
    Pour ce qui t’a gêné soit l’age des personnages, je n’ai pas ressenti ce souci. En partant bien du principe que les héritiers sont choisis très jeunes pour être façonnés dans une certaine ethique, et qu’ils sont de ce fait en avance sur leur âge. Bien, Je vais concocter ma chronique également. Je mettrai un lien vers la tienne 😉

    Reply
    • Zina

      La gymnastique des personnages ne m’a pas gênée, mais je l’ai lu de façon moins haché que toi, ça a peut-être aidé !
      Pour l’âge, c’est surtout le côté très avancé sexuellement qui m’a bloquée

      Reply
  • Encore en Adrien Tomas qui va me plaire ! Ton avis me colle un peu le doute… est ce qu’il n’y a pas redite avec les 2 autres tomes des Six Royaumes ?

    Reply
    • Zina

      Non pas du tout. En tout cas pas avec le 2e car je n’ai pas encore lu le 1er.
      C’est à cause de l’extrait sur l’ange de fer que tu dis ça ? c’était surtout pour le clin d’oeil car il y ait peu référence, mais c’est super intéressant parce qu’on assiste à leur naissance.
      Après, on reste dans le monde des 6 royaumes, donc il y a forcément d’autres points communs, comme les chroniqueurs, mais ça se passe des centaines d’années auparavant. Je n’ai vraiment pas eu d’impression de « réchauffé » si ça peut te rassurer 🙂

      Reply
      • Oui c’est effectivement l’extrait que tu as mis qui m’a fait un peu peur, me voilà rassuré, je vais certainement me faire plaisir avec ce roman !

        Reply
  • Pingback: Challenge ABC 2016 – Littératures de l’Imaginaire - Les pipelettes en parlent...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *