La république des voleurs / Scott Lynch

La république des voleurs / Scott Lynch

couverture de La république des voleurs de Scott Lynch aux editions BragelonneLes Salauds Gentilshommes, Tome 3

Quatrième de couverture : Après le plus grand casse de leur carrière, Locke et son inséparable complice, Jean, ont réussi à s’échapper. Mais Locke ne s’en est pas tiré indemne : empoisonné, il est mourant. Aucun alchimiste n’est en mesure de l’aider. Alors que le moment fatidique approche, une mystérieuse Mage Esclave lui propose un marché qui le sauvera ou mettra un terme à ses souffrances. Locke hésite, jusqu’à ce que la mage mentionne le nom d’une femme qu’il a connue par le passé. L’amour de sa vie. Sa rivale en matière d’habileté et d’intelligence. Et, s’il accepte cette mission, son plus dangereux adversaire.
À l’approche des élections de la cité des mages, les différentes factions recrutent leurs stratèges. Locke doit faire un choix : affronter ou séduire celle qu’il n’a jamais pu oublier. Leurs vies dépendent peut-être de sa décision…

Avis : Nous avions quittés Locke dans une situation dramatique à la fin de Des horizons rouge sang. Nous le retrouvons à Lashain, aux portes de la mort. Et si Locke est résigné à son sort, c’est loin d’être le cas de Jean Tannen. A situation désespérée, mesure désespérée, pour sauver Locke, Jean accepte donc un contrat de leurs pires ennemis : les Mages Esclaves.

Les voilà donc en route pour Karthain, la cité des Mages. Ils devront s’y mêler d’une élection, et s’assurer que le gagnant soit bien celui choisi par leur commanditaire. Une mission a priori facile pour les talents particuliers de nos compères. Seulement voilà, l’autre camp a également engagé son champion. L’affaire se corse diablement lorsqu’ils découvrent son identité : Sabetha, la dernière des Salauds Gentilshommes, qui avait abandonné l’équipe 5 ans auparavant… et le grand amour de Locke.

Scott Lynch nous présente ici une arnaque certes moins complexe que les précédentes, mais pourtant tout aussi efficace et entraînante. Celle-ci consiste surtout en une suite de petits duels entre Locke et Jean d’un côté, et Sabetha de l’autre. Usant de tous les artifices, c’est à celui qui fera preuve de la plus grande imagination. Désinformation, trafic d’influence, chantage, coups bas… Tous les moyens sont bons pour gagner.

Comme dans les précédents tomes, Scott Lynch nous fait naviguer entre la mission en cours et les passé de ses protagonistes. C’est ainsi que nous assistons à la rencontre de Locke et de Sabetha et à la manière dont a commencé son obsession pour la jeune fille. Ces pages sont aussi l’occasion de retrouver les autres membres de l’équipe des Salauds Gentilshommes, Chains, et les jumeaux Sanza. Nous découvrons entre autre comment ils ont développé leur côté artiste. Le titre, La république des voleurs, est d’ailleurs une référence directe à cette partie, pour dire à quel point elle est aussi importante que la première. La valse entre les deux intrigues est toujours aussi bien amenée, faisant partie intégrante de l’histoire et permettant de mieux comprendre les personnages.

Scott Lynch profite également de La république des voleurs pour avancer ses pions, et prouve encore une fois que, comme ses personnages, il est un maître échiquier. Son dessein est grand et il nous en donne un aperçu, par petites touches, grâce à une révélation – ou pas – sur le passé de Locke, et grâce à une mythologie renforcée. Il lève notamment le voile sur une part du mystère entourant les Mages Esclaves, permettant d’en apprendre plus sur leur fonctionnement et leurs croyances.

La république des voleurs se lit le sourire aux lèvres, tant il transporte par sa richesse et son humour vif. Les répliques sont truculentes, particulièrement entre Locke et Jean qui n’arrêtent pas de s’envoyer des piques. Les réparties fusent et font mouche. Mais c’est également un plaisir de rencontrer enfin la fameuse Sabetha et il est très drôle de voir Locke transi d’amour : il bafouille, il rougit, il manque d’assurance. Bref, on est très loin de son aplomb habituelle. Adieu, la Ronce de Camorr !

Roman publié aux éditions Bragelonne – Traduit par Olivier Debernard

logo challenge ABC imaginaire 2016

12 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *