Or et nuit / Mathieu Rivero

Or et nuit / Mathieu Rivero

couverture de Or et nuit de Mathieu RiveroQuatrième de couverture : Des mille et une histoires que j’ai pu conter, aucune n’est aussi fabuleuse que celle que je m’apprête à te narrer.
On y voyage de cités mortes en jardins luxuriants, de royaumes en déserts et de geôles en palais. On y croise djinns et ghûls, sultans et dragons, reines et démons, et les lignées maudites s’y affrontent autant que les passions se déchaînent. Vois-tu, elle recèle en son cœur une bien plus unique distinction. Cette histoire d’amour et de mort est vraie : je l’ai vécue. Parole de Shéhérazade.

Avis : C’est à l’occasion d’une rencontre avec Mathieu Rivero et d’autres auteurs des Indés de l’Imaginaire que j’ai découvert Or et nuit. Moi qui adore les contes, je n’ai pu résister à cette suite des Mille et une nuits. Sa superbe couverture et sa promesse de dépaysement dans un univers oriental peu commun en fantasy ont achevé de me convaincre.

Quelques années après avoir calmé la fureur du Sultan d’Ulud, Shéhérazade s’est lassée de sa cage dorée et a saisi la première opportunité pour s’enfuir. S’enfuir pour voir le monde, pour épancher sa soif de liberté, pour vivre ses propres aventures et nourrir son besoin de conter les légendes. Et c’est encore une fois ce don qui, peut-être, lui permettra de sauver sa vie. Kidnappée, elle va devoir se lancer dans un nouveau récit afin de convaincre son ravisseur de la laisser vivre… une nuit de plus.

Le début d’Or et nuit a été un peu difficile, car un peu brusque. Les deux histoires s’entrelacent : celle de la captivité de Shéhérazade et celle qu’elle conte à Tariq, son geôlier. Celle de la cité-tombeau, du roi-dragon au sang maudit et de son amitié avec le prince de Babylone. C’est une histoire qui la touche de prêt car elle en a rencontré les protagonistes. Mais peu à peu le récit gagne en fluidité et acquière un rythme harmonieux.

Les intrigues y sont plurielles et les manipulations ont la part belle. L’univers oriental tient ses promesses, nous plongeant au milieu d’étendues désertiques où se côtoient djinns, derviches, sultans, palais et haines immortelles. La magie y est prégnante et instaure une certaine noirceur. Les batailles, épiques, se mêlent aux enjeux plus personnels.

L’écriture de Mathieu Rivero est efficace, parfois poétique. Il crée avec Or et nuit un roman au charme désuet dont les personnages luttent avec le poids du destin. Je regretterai seulement un certain manque d’émotion.

« Va, Shéhérazade, va et sème mes contes de désolation à travers le monde. Déchire le bonheur de tes mots, fais-le saigner comme l’espoir m’a fait saigner. »

Roman publié aux éditions Les moutons électriques (La bibliothèque voltaïque)

logo defi sfff et diversitelogo le challenge de la licorne 2logo challenge ABC imaginaire 2016

5 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *