Tout ce qui meurt / John Connolly

Tout ce qui meurt / John Connolly

couverture de Tout ce qui meurt de John ConnollyCharlie Parker, Tome 1

Résumé : Charlie Parker, un flic new-yorkais qu’on surnomme Bird, est parti se soûler après une dispute avec sa femme, un soir de décembre. En rentrant chez lui, titubant, Bird ne sait pas encore qu’il vient de franchir pour longtemps la porte de l’enfer : dans la cuisine, maculée de sang, gisent les corps atrocement mutilés de sa femme Susan et de sa fille Jennifer. Rongé par la culpabilité, Bird démissionne de la police et part sur les traces du monstrueux assassin. De New York à La Nouvelle-Orléans, il suit celui qu’on appelle le Voyageur, fin stratège et amateur de poésie macabre qui sème derrière lui des cadavres, comme autant d’appâts. La traque mène alors les deux hommes dans les bayous de Louisiane, qui digèrent lentement les victimes écorchées du Voyageur…

Avis : Figurez vous que je n’avais encore jamais lu de roman de John Connoly. Malgré ma peur et mon angoisse, je ne l’ai pas lâché ! Car Tout ce qui meurt est salement violent, méchamment intelligent, incroyablement sanglant, normalement beaucoup trop pour moi !

J’ai pourtant adoré :
– le rythme rapide et précis,
– l’humour de flic,
– les truands bien faits (surtout les réparties vraiment truculentes entre les 2 gays),
– les allers-retours entre présent et passé,
– le prologue qui vous « hook », l’épilogue qui appelle la(les) suites,
– le retournement de situation de la fin,
– la jungle new yorkaise VS le bayou,
– l’efficacité des rebondissements ! On ne compte pas moins de 4 fausses pistes.

Et bien sur, j’ai adoré rencontrer l’auteur au Quai du Polar à Lyon ! Quelle rencontre fabuleuse ! MONSIEUR Connoly qui parle très bien le français, mais accepte avec humour d’écouter mon american-english, qui m’offre un CD à écouter avec son nouveau livre (en anglais en France A song of shadows de 2015), qui semble heureux d’être là, détendu alors que des festivals comme celui-ci doivent être un marathon pour les auteurs (et les libraires !!!). Thank you very much Mister Connoly !

J’ai moins aimé la collection Pocket car le livre est un peu gros pour en apprécier le poids pendant la lecture.
J’ai eu du mal avec les scènes de tortures, ou les descriptions des meurtres, moins avec la tension qui est pourtant énorme mais tellement addictive qu’on ne lâche plus le livre (et oui même lourd 😉 ).

Vivement que j’ai lu tous les autres (13 depuis 1999) pour pouvoir lire Song of Shadows ou me faire envoyer A time of torment celui de 2016…. ou pas! Je vais peut être commencer par la fin 🙂

Roman publié aux éditions Pocket – Traduit par Philippe Huppe et Thierry Arson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *