Ne pars pas sans moi / Gilly Macmillan

Ne pars pas sans moi / Gilly Macmillan

couverture de ne pars pas sans moi de Gilly MacMillanRésumé : Par un joyeux dimanche, Rachel et son petit garçon de 8 ans se promènent en forêt. Désirant plus que tout être une bonne mère, et soucieuse de l’indépendance et de l’autonomie de son enfant, Rachel l’autorise à partir quelques mètres devant elle pour aller jouer. Arrivée au bout du chemin, l’angoisse la saisit : Ben a disparu.
Après une conférence de presse catastrophique, médias et réseaux sociaux se déchaînent. Pour eux, Rachel est responsable de la disparition de son enfant. Pourquoi n’a-t-elle pas veillé sur lui ? Comment se fait-il qu’elle ait du sang sur les mains ? Pendant que la police se lance dans une véritable course contre la montre pour retrouver Ben, Rachel se débat entre la culpabilité, le désespoir et la peur.
Rongée par le doute, assaillie par la violence de ceux qui la croient coupable et tandis que la moindre de ses certitudes s’écroule, elle ne sait plus quoi faire. Attendre patiemment que les forces de l’ordre lui ramènent son fils ou suivre son instinct et partir elle-même à sa recherche ?

Avis : Malgré le bandeau de publicité sur le livre avec cette citation du Sunday Mirror, « Un thriller électrisant. A lire absolument », on peut dire que Ne pars pas sans moi a mis du temps à m’électriser ! Il m’a fallu cinq grands chapitres pour vraiment sentir l’envie de connaitre la fin et les rouages pour y parvenir. Vous savez bien, cette envie qui ne vous laisse plus lâcher le livre….

En effet, le fait qu’il y ait des chapitres par jour de disparition de Ben, puis des sous chapitres avec des annexes et des chapitres avec des narrateurs alternant (Rachel la maman, et Jim l’inspecteur), tout ceci m’a plutôt rendu la lecture hachée sans en accélérer le rythme ou en augmenter le suspense. Ce n’est donc qu’à partir du cinquième jour qu’un bon rythme se met en place avec une succession d’événements digne d’un grand thriller, électrisant quoi ! C’est à dire à la moitié du livre…

La disparition de l’enfant est ici traitée sous couvert des souvenirs de l’inspecteur et de la mère. Et aussi et surtout sous l’œil d’internet et des journalistes. Cette vison me parait être à la mode autant en littérature (voir Tandis que je me dénude de Jessica L. Nelson) qu’à la radio, ou la télé. Cette intrusion de « Big Brother » nous observant est sans doute dans l’air du temps et même de bonne guerre. On s’observe l’observer nous observant, si vous voyez ce que je veux dire! Ici, Rachel, la mère nous prend même littéralement à partie et nous montre bien cet hydre à deux têtes que sont les réseaux sociaux. Deux faces, l’une positive avec des organisations d’entraides, des mots de soutien mais aussi l’autre face, négative avec du harcèlement, voire de l’obstruction à l’enquête.
L’auteure, Gilly Macmillan, parle aussi plusieurs fois de « schadenfreude » ou l’idée de se réjouir du malheur des autres. En anglais ou en français, nous n’avons pas de mot pour cette joie primitive de voir les autres aller plus mal que nous….. c’est une bonne explication du coté malsain que peut avoir internet.

Sur un tout autre sujet, j’ai beaucoup aimé la photographie et le papier. C’est un livre très sensuel avec un contact très agréable. On sent également qu’une attention toute particulière a été portée à l’image et à la mise en page.

Pour finir et comme je l’ai déjà souligné, l’alternance des deux personnages n’est pas toujours un atout et les annexes n’apportent pas toujours l’effet escompté (comme de brouiller les pistes ou d’en rajouter dans le pathos, je n’ai pas vraiment compati avec Rachel). Malgré cette longue mise en route, Ne pars pas sans moi est un roman avec plusieurs rebondissements, dont le dernier est très bien amené et qui apporte des nouveautés dans le traitement des personnages (mise en lumière de certains évènements avec le cahier de bord d’une psychiatre de la police) qui m’ont beaucoup plu.

Roman paru aux éditions Les escales (Noires) – Traduit par Christel Paris

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *