Funny girl / Nick Hornby

Funny girl / Nick Hornby

couverture originale de Funny girl de Nick HornbyRésumé : Make them laugh, and they’re yours forever . . .
It’s the swinging 60s and the nation is mesmerized by unlikely comedy star Sophie Straw, the former Blackpool beauty queen who just wants to make people laugh, like her heroine Lucille Ball.
Behind the scenes, the cast and crew are having the time of their lives. But when the script begins to get a bit too close to home, and life starts imitating art, they all face a choice.
The writers, Tony and Bill, comedy obsessives, each harbour a secret. The Oxbridge-educated director, Dennis, loves his job but hates his marriage. The male star Clive, feels he’s destined for better things. And Sophie Straw, who’s changed her name and abandoned her old life, must decide whether to keep going, or change the channel.

Avis : J’ai lu ce livre en anglais et je le recommande chaudement ! TWO THUMBS UP!
C’est léger et grave, drôle et triste, beau et bien moche, comme la vie peut l’être parfois !
Je ne connaissais pas Nick Hornby mais Funny girl m’a donné envie de lire tous ses livres.

Le personnage principal, Barbara Parker devenue Sophie Straw, est fantastique de répondant et d’humour et elle est pleine de modernité également. Pour une jeune femme des 60’s, elle essaie et réussit souvent à remettre à leur place, aussi bien les hommes qui le méritent que certaines femmes qui se comportent comme si elles étaient à la botte des hommes.

L’humour est tantôt léger tantôt profond. L’écriture de Funny girl me parait proche d’un scénario ou plutôt, de l’idée que je me fais d’un scénario car je n’en ai jamais lu. Si les décors sont juste esquissés, les personnages et les dialogues sont par contre très pointus. Chaque vanne doit faire mouche, autant pour le lecteur du livre que pour les spectateurs de la comédie que la BBC produit et dont Sophie devient l’héroïne. Le jeu de miroir entre ce que l’on lit et ce qui se dit dans le show est vraiment parfait.
De plus, tout le travail des producteurs, des écrivains, des acteurs sur les séries télé y est décortiqué du point de vue professionnel mais aussi sur les impacts familiaux, amicaux ou amoureux. Et bien sûr, ragots et journalistes font tout autant partis du quotidien et du travail.

Funny girl est également un beau tableau de cette époque. C’est une période de profonds bouleversements de mœurs. Les femmes commencent à vouloir s’émanciper, par le travail notamment, la représentation que l’on a d’elles évolue et la révolution sexuelle bouscule tout. Le plan des droits « tout court » n’est pas oublié, avec l’homosexualité de deux protagonistes. Ces deux personnages (l’un qui « sort du placard », et l’autre non) sont très importants dans le livre car très proches de Sophie et en font une héroïne vraiment classe car elle comprend et accepte ces hommes tel qu’ils sont.

Comme tout humoriste qui se respecte, comme tout écrivain qui prend son texte à cœur, Nick Hornby a effectué un énorme travail en termes de rythme, de tempo du mot juste, de la gestuelle. Tout ceci parait couler naturellement alors que grâce à cette possibilité de voir l’envers du décor, l’auteur nous permet de prendre réellement conscience du travail et du talent nécessaire aux artistes (écrivains, acteurs,…).

Roman paru aux éditions Penguin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *