L’homme à l’envers / Fred Vargas

L’homme à l’envers / Fred Vargas

couverture de l homme a l'envers de fred vargas

Adamsberg, Tome 2

Résumé : Laisser les loups vivre en liberté dans le Mercantour, c’était une belle idée, dans l’air du temps. Ce n’était pas celle des bergers et, quelques mois plus tard, la révolte gronde. Mais est-ce bien un loup qui tue les brebis autour du village de Saint-Victor ? Les superstitions resurgissent, un bruit se propage : ce n’est pas une bête, c’est un loup-garou…Lorsqu’une éleveuse est retrouvée égorgée dans sa bergerie, la rumeur tourne à la psychose. A Paris, le commissaire Adamsberg guette les nouvelles de la Bête du Mercantour : « Comme des tisons, mon gars, comme des tisons ça fait, les yeux du loup la nuit ».

 Avis : J’ai accroché à l’intrigue et aux personnages de L’homme à l’envers dès les premières pages. Fred Vargas nous emmène dans une région qui paraît paisible, le Mercantour, avec ses bergers, ses troupeaux et ses légendes et dont elle parvient à retranscrire avec brio les paysages et le terroir.

Nous suivons Lawrence et sa compagne Camille, des Canadiens venus étudier les loups. Ils tentent également d’identifier celui qui terrifie la région. On rencontre alors deux autres personnages qui m’ont attendri. Il y a tout d’abord Soliman, un jeune garçon très intelligent mais qui n’a pas été épargné par la vie. Il exprime ses émotions en citant les définitions du dictionnaire. Il y a également Le Veilleux, qui incarne le personnage protecteur, le vieillard discret et observateur. Méfiant dans un premier temps, on ne parvient pas à savoir ce qu’il ressent mais on le devine prêt à se sacrifier pour ceux qu’il aime.

Tous quatre mènent leur enquête et en viennent à la conclusion que le loup est de taille hors-norme  à la vue des blessures qu’il inflige. De là, surgit la légende régionale de « l’homme à l’envers », un homme sans poils car ils poussent à l’intérieur, plus communément appelé loup-garou. Ils décident de le prendre en chasse. Fred Vargas a choisi d’insérer au fil de l’histoire des chapitres sur le commissaire Adamsberg, personnage emblématique de ses livres. Dans un premier temps plus en retrait par rapport à l’intrigue, le commissaire se mêle petit à petit à l’enquête pour une raison qui nous permet d’en apprendre plus sur lui.

J’apprécie toujours autant l’écriture de l’auteure. L’intrigue est très bien ficelée : on a toujours cet effet « C’était évident et pourtant je n’ai rien vu ». L’homme à l’envers a été complètement déroutant pour moi, me faisant passer d’un sentiment d’excitation à celui de peur. Si je n’avais qu’une hâte, celle de poursuivre ma lecture pour mener l’enquête avec les personnages, plus j’avançais, plus j’éprouvais un sentiment de crainte. Je redoutais de lire la confrontation des personnages avec le loup-garou.

Roman publié aux éditions J’ai Lu

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *