L’homme aux cercles bleus / Fred Vargas

L’homme aux cercles bleus / Fred Vargas

Couverture de L homme aux cercles bleus de Fred Vargas aux éditions J ai lu
Adamsberg, Tome 1

Résumé : « Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ? » Depuis quatre mois, cette phrase accompagne les cercles bleus qui surgissent la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet,un objet perdu: trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon…
Le phénomène fait les délices des journalistes et de quelques psychiatres qui théorisent : un maniaque, un joueur. Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de mauvais augure. Il le sait, il le sent : bientôt, de l’anodin saugrenu on passera au tragique. Il n’a pas tort. Un matin, c’est le cadavre d’une femme que l’on trouve au milieu d’un de ces cercles bleus.

Avis : L’homme aux cercles bleus est le premier – dans l’ordre chronologique et non dans l’ordre de parution – où apparaît le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, héros de nombreux romans de Fred Vargas. Il est, par conséquent, centré sur la psychologie du personnage. Nous suivons le commissaire alors qu’il vient d’être transféré à Paris. Aidé de sa nouvelle équipe, il enquête sur un mystérieux homme qui, la nuit, trace un cercle bleu autour d’un objet qui traîne sur le trottoir. Jusqu’au jour où ce n’est pas un objet que l’on retrouve au centre du cercle mais bel et bien un corps.

Fred Vargas a un style d’écriture qui fait que l‘on s’attache à ses personnages. Ordinaires aux yeux de la société, ils ont tous un petit quelque chose d’intrigant. Adamsberg a un fonctionnement atypique qui fait passer l’inspecteur Danglard, son coéquipier, par toute la palette des émotions. J’ai une préférence pour ce dernier qui, bien qu’il ne parvienne pas à
suivre le raisonnement de son commissaire, fait preuve d’une culture générale impressionnante ! En revanche, j’ai eu plus de mal à m’attacher aux autres personnages, comme Mathilde ou l’aveugle Charles Reyer, qui ont des personnalités bien étranges.

Ayant lu d’autres livres de Fred Vargas, je n’ai pas retrouvé dans L’homme aux cercles bleus le style qui m’avait plu dans ses plus récentes parutions. Toutefois, l’écriture est agréable et l’histoire bien ficelée : on cherche en vain à trouver le tueur en imaginant des scénarios rocambolesques alors que, comme dans tous les polars finalement, la solution était beaucoup plus évidente. Évidente, mais efficace !

Roman publié aux éditions J’ai lu

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *