Leurs contes de Perrault

Leurs contes de Perrault

couverture de Leurs contes de Perrault, ouvrage collectif aux éditions BelfondRésumé : Perrault, c’est ce dont on hérite au plus jeune âge et que l’on transmet parce qu’il s’adresse à tous. Vibrant hommage aux contes de la tradition orale, ses Histoires ou contes du temps passé avaient pour fin selon ses dires « moins de plaire que d’instruire ». A l’heure où la question de l’instruction se pose plus que jamais, il nous semblait fondamental d’interroger Perrault en invitant 11 écrivains à le réinterpréter dans la collection « Remake ».
Subversifs, burlesques, pleins de sagesse et de dérision, leurs contes de Perrault dressent un panorama de la littérature contemporaine dans toute sa diversité. De Hervé Le Tellier à Christine Montalbetti en passant par Cécile Coulon et Fabienne Jacob, l’écriture va de la gouaille à la poésie comme un ruisseau qui chanterait sur des pierres, en n’omettant pas de bousculer au passage une société qui en a bien besoin. Un nouvel éloge de la sagesse populaire.

Avis : Tout comme pour Tandis que je me dénude du même éditeur, Belfond, je suis d’abord charmée par le format de ce beau livre.
Ensuite bien sûr, il faudrait parler du fond.

Mais d’abord, parlons de mon souvenir des Contes de Perrault. Et là, je dois bien avouer que je ne me souviens pas vraiment de ceux de mon enfance. Ou alors, les édulcorés : soit par les éditeurs de l’époque, soit par ma maman lorsqu’elle me les racontait.
Ceux qui m’ont le plus marquée, sont ceux lus par de grands acteurs du milieu du 20ème siècle, sur un CD de mes enfants. Et la violence de ces contes pour des oreilles encore si jeunes m’a frappée. Pour autant, cela ne les a pas choqués… du tout. Moi, si.

Ceci explique bien pourquoi la lecture du premier texte, La véritable aventure de Riquet à la Houppe, m’a causé un grand choc. Et pourtant c’est lui qui m’a happé, m’a poussé vers tous les autres. Le contraste entre le texte de Perrault (si désuet et poli) et celui de Gérard Mordillat (argotique en diable) est vertigineux, mais tel un funambule j’ai tenu bon et j’ai adoré !
Quel plaisir, sous toutes ses formes!

Le deuxième conte, Les fées, m’était inconnu. Ce récit m’a touchée tant son écriture relevée, haletante et précise sert cette histoire et son injustice criante et bouleversante. Merci de ce remake, Frédéric Alribit.

Le Chat 2.0 reste pour moi, LE texte qui fait entrer Perrault dans le 21e siècle. Une histoire à lire absolument !

Le remake suivant, Cendrillon ou le Petit Gant de soie est bien ancré dans ce siècle-ci avec un fond de mariage pour tous et de féminisme. Mais prenez garde, la morale de cette histoire n’est pas celle de Perrault…

Le Pensionnat vous rendra aussi bleu que la barbe tant son suspens fait frissonner ! Cruel, froid et manipulateur, un vrai plaisir que l’on doit à…. une femme, Cécile Coulon ! Les temps changent…. et c’est tant mieux !

Peau d’Âne est un texte magnifique sur le désir, la transgression, l’adolescence et le fait de sortir de sa peau d’âne, heu… je veux dire de sa chrysalide. Une bien belle réécriture, à lire et relire pour bien en savourer tous les mots de Fabienne Jacob.

La Petite Rétrospective rouge est un bijou de détournement de conte ! Très beau suspense et twist final en sus !

La Belle au Bois Dormant est pour moi un peu moins réussi car l’on dirait qu’en plus du conte du même nom, se mêle aussi celui de Blanche Neige. Bel effort pourtant pour le (les ?) transposer dans d’autres temps et d’autres lieux.

De même que Les fées, Grisélidis était nouveau pour moi. L’enfermement de cette femme par le mépris, et la petitesse de son époux est difficilement supportable et la fin m’a mis les larmes aux yeux.

« Le Petit Ulysse » aurait pu être un titre pour l’avant dernier conte, mais L’Odyssée de Poucet est excellent ! Manuel Candré nous donne envie de revisiter l’Odyssée, l’Iliade, toute la mythologie grecque et même de revoir ses déclinaisons !

Enfin, Les souhaits ridicules, détourné par la plume de Christine Montalbetti avec son « De la difficulté d’exercer son libre arbitre, à brûle-pourpoint, en forêt (et de retour à la maison itou) » est tellement merveilleux, qu’il devrait être enseigné de la primaire au bac, surtout en philo !

Ces remakes content à merveille l’imagination débordante de leurs auteurs. Ils ont su transcender ces textes populaires pour que de nouvelles générations les découvrent à leur tour !
Haut les contes !

Recueil publié aux éditions Belfond (Remake)

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *