Y le dernier homme, intégrale 1 / Brian K. Vaughan et Pia Guerra

Y le dernier homme, intégrale 1 / Brian K. Vaughan et Pia Guerra

Couverture de Y le dernier homme integrale 1 de Vaughan et Guerra aux editions Urban ComicsQuatrième de couverture : 2002. Le monde changea a jamais. Tous les hommes, tous les garçons, tous les mammifères du chromosome Y tombèrent et moururent au même moment. Avec la perte de près de la moitié de la population terrestre, la marche du monde stoppa net, laissant à une société exclusivement composée de femmes le soin d’empêcher notre civilisation de sombrer définitivement. Un jeune homme – Yorick Brown – et son singe – Esperluette – réchappèrent néanmoins de cet androcide. En une nuit, ce garçon sans histoire devint la personne la plus importante sur Terre.

Avis : En matière de bande-dessinée, Ella est souvent ma première prescriptrice. Cela n’a encore pas manqué avec ce comics qui a gagné plusieurs Eisner Awards. Et l’on comprend rapidement pourquoi. Y le dernier homme, est une histoire originale, prenante, rythmée et émaillée de nombreux rebondissements.

Suite à un cataclysme sans précédent, une mystérieuse épidémie ayant décimé la population mâle de la planète, Yorick Brown est désormais le dernier homme sur terre. Il porte sur ses frêles épaules tous les espoirs et toutes les attentes de ce qui reste de l’humanité. Et quand certains rêvent de le cloner, d’autres rêvent de le tuer. Mais pour Yorick, ses nouvelles responsabilités, son nouveau statut, ne sont pas réellement importants. Il n’a pas un mauvais fond mais il est jeune, égoïste, et il ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Il ne pense qu’à rejoindre sa petite amie en Australie.

L’intrigue mise en place dans Y le dernier homme est particulièrement bien traitée, porteuse d’énormément de suspense et génératrice de moult péripéties. Les raisons de l’épidémie sont encore inconnues et il est donné au lecteur plusieurs pistes possibles pour l’expliquer. Plusieurs groupes agissent dans l’ombre, dont une énigmatique femme qui semble jouer son propre jeu, ajoutant encore au mystère ambiant.

L’un des points mis en avant dans le scénario de Brian K. Vaughan est bien sûr la réaction des femmes face à la disparition de tous les hommes. L’auteur couve ainsi une large palette de réactions, des amazones qui souhaitent éliminer Yorick, à celles qui voient en lui le dernier espoir de l’humanité.

Mais c’est aussi la société entière qui affronte de nombreux bouleversements. Il faut se réorganiser, élire un nouveau gouvernement – la majorité des postes étant tenus par des hommes -, faire face à la catastrophe. Il n’y a plus d’électricité, les ressources sont pillées, le décès spontané et massif de centaines de milliers d’hommes ont provoqué nombres d’accidents, il faut s’occuper des retombées ainsi que de tous ces corps. Une situation inédite qui voit la montée de l’extrémisme mais aussi celle des sectes.

Les dessins de Pia Guerra sont simples et efficaces mais manquent parfois de finesse. J’ai par exemple appris avec surprise que l’un des personnages était d’origine asiatique. Cela ne se voyait pas du tout.

Un premier tome réussi donc, qui se lit avec plaisir et qui donne bien envie de connaître la suite. J’ai ma petite idée sur ce qui est à l’origine du fléau, reste à voir si j’ai raison…

BD publiée par Urban Comics – Traduite par Jérémy Manesse
logo challenge de l'été 2015logo challenge emprunts de livre

logo ABC imaginaire 2015

8 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *