Tandis que je me dénude / Jessica L. Nelson

Tandis que je me dénude / Jessica L. Nelson

couverture de Tandis que je me dénude de Jessica Nelson aux éditions BelfondRésumé : Et si en revêtant un masque on en disait plus sur soi, parce que enfin on se sent libre ?
Elle ne se dénude pas vraiment. Elle garde tous ses vêtements. Et pourtant, devant les caméras, cet auteur d’un premier roman aura l’impression d’être à découvert. Que tous – les invités du plateau, l’animateur, les téléspectateurs, le public ou encore son attachée de presse dans les coulisses – auront exploré la moindre parcelle de son corps et de son intimité, sans bienveillance aucune… Alors elle se fissure de l’intérieur, en direct. Et, tandis qu’elle s’effondre et se débat contre elle-même, consciente qu’elle est sans doute son pire ennemi, c’est son histoire qui se construit en un redoutable puzzle à mesure que se déconstruit son être.

Avis : Tandis que je me dénude est un livre hors normes à bien des égards.

Sur la forme, il a un format très plaisant, un très beau papier, une illustration qui questionne mais n’apporte qu’un début de réponse et un marque page intégré. J’adore !

Sur le fond, il est addictif et intelligent. De part son suspense très bien construit et son thème.
Les titres de chapitre en forme de personnages qui ne se laissent pas deviner, ainsi que l’analyse du rapport à l’image de notre société si juste que s’en est médusant.
Le lexique crustaçéen est un régal. La fin est de type Kraken (qui surgit, anéantit et se dérobe) tandis que le puzzle est bien sûr de type feuilleté (de poisson ?).

Jessica L. Nelson réussit le tour de force d’utiliser les clichés de nos sociétés pour en faire un roman vibrant et tellement vrai. Avec ses personnages dont on cherche (bien malgré soi ?) les People connus qu’ils dépeignent, ses faits divers réécrits, ses descriptions de l’hyper connexion dont beaucoup sont atteints (sans même le savoir ? s’en soucier ?), c’est un livre pour les générations X, Y et bien sûr Z. Mais les générations antérieures s’y retrouveront tout autant. Car l’autre beauté de ce livre réside dans son caractère trans-générationnel.

Alors, changerez vous votre mantra pour celui de l’une des tantes: « Scandale ou cercueil, j’ai fait mon choix. » ?

Roman publié aux éditions Belfond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *