L’ange du chaos / Michel Robert

L’ange du chaos / Michel Robert

couverture de L ange du chaos de Michel RobertL’agent des ombres, Tome 1

Quatrième de couverture : Jeune aspirant au service de l’Empire de Lumière, Cellendhyll de Cortavar a été trahi par ses amis et accusé de meurtre. Laissé pour mort dans un cachot, il n’a dû sa survie qu’à l’intervention des puissances du Chaos. Dix ans ont passé. Le jeune homme idéaliste est devenu un mercenaire impitoyable. Il n’attend qu’une chose : se venger de ceux qui l’ont trahi…

Avis : Cette série bénéficie d’une assez bonne réputation, et c’est à plusieurs reprises qu’on me l’a recommandée. Malheureusement, je suis complètement passée à côté ! J’ai trouvé ce premier tome lent et poussif, et il ne m’a pas donné envie de lire la suite.

C’est d’autant plus dommage que l’univers imaginé par Michel Robert est riche et inventif. Plusieurs plans d’existence, trois maisons – la Lumière, les Ténèbres et le Chaos – qui s’y battent pour leur contrôle, et où les luttes de pouvoirs et manipulations en tous genres ont la part belle.

L’intrigue de ce premier tome est quant à elle assez classique. Cellendhyll de Cortavar est l’ange du chaos. Guerrier adhan trahi par la Lumière qu’il servait fidèlement, avec passion et idéalisme, il est désormais un agent des ombres, une faction d’élite au service du Chaos qui l’a sauvé. Missionné pour saboter les désirs d’expansion de la Lumière, ce sera aussi pour lui l’occasion d’assouvir enfin sa vengeance.

L’histoire de L’ange du chaos se passe sur deux plans. D’un côté, nous suivons la mission de Cellendhyll, et de l’autre, Michel Robert approfondit son univers en nous dévoilant une partie des manigances du Ducat des Ténèbres. Il y a un tel décalage de ton entre ces deux récits, que cela décrédibilise le premier où l’on se croirait au pays des bisounours. J’exagère, mais l’idée est là. Il règne une aura malsaine sur les Ténèbres, les personnages y sont noirs et pervers. Au contraire, avec Cellendhyll ce sont les bons sentiments qui semblent dominer. Sa quête est parsemée d’amitiés sincères et de bons repas dans la paix et la bonne humeur. Et surtout, tout y est trop facile. Quel que soit son besoin, il le trouvera au moment opportun. Et notamment des alliés. Pour un personnage torturé, amer, et qui se veut solitaire et impitoyable, c’est impressionnant le nombre d’amis qu’il réussit à se faire dans ce tome !

Le style de l’auteur, lourd et manquant de subtilité, et des longueurs ne m’ont pas aidé à me passionner pour cette histoire. Je me suis sentie indifférente à la quête du héros, et l’ennuie n’a pas souvent été loin de ma lecture.

Roman publié aux éditions Pocket.

logo du dark fantasy challenge 2e roundlogo ABC imaginaire 2015

logo challenge random PAL 2015

15 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *