Du sel sous les paupières / Thomas Day

Du sel sous les paupières / Thomas Day

couverture de Du sel sous les paupieres de Thomas Day aux editions Folio SFRésumé : Saint-Malo, 1922. Sous la brume de guerre qui recouvre l’Europe depuis la fin de la Grande Guerre, Judicaël, seize ans, tente de gagner sa vie en vendant des illustrés. Mais, pour survivre et subvenir aux besoins de son grand-père, il lui arrive de franchir légèrement les bornes de la légalité. Jusqu’au jour où il rencontre la belle Mädchen. Et lorsque celle-ci disparaîtra, Judicaël fera tout pour la retrouver, en espérant qu’elle n’ait pas croisé la route d’un énigmatique tueur d’enfants surnommé le Rémouleur.

Avis : Du sel sous les paupières est une jolie histoire aux allures de conte. L’auteur nous propose ici un récit hétéroclite, qui pourra sans doute en déstabiliser plus d’un. Ainsi, une bonne partie du livre est solidement ancré dans la réalité pour, subitement, basculer dans le fantastique. Thomas Day mélange de manière originale uchronie, roman noir et magie.

Nous sommes en 1922, la guerre est terminée, mais elle a laissé de profondes séquelles. A commencer par cette brume de guerre qui enveloppe tout, tout le temps. Saint Malo est désormais un monde sans couleur. Judicaël est un enfant des rues, malin, débrouillard. Sa rencontre avec Madchen, une orpheline comme lui, va lui ouvrir des portes dont il ne connaissait pas l’existence. Pour la sauver, il sera prêt à traverser la porte séparant les mondes.

Le roman se découpe en trois parties. La première, qui se déroule à Saint Malo et qui lance Judicaël dans sa quête, va beaucoup trop vite, et beaucoup trop facilement. L’auteur prend trop de raccourcis. On a l’impression de bondir d’un évènement à un autre et, au final, Judicaël n’a pas réellement besoin de chercher.

Ce traitement laisse l’impression d’une longue introduction qui aurait permis à Thomas Day d’introduire les éléments fantastiques du récit. Sur l’île de Guernesey, transformée en bibliothèque géante, les protagonistes vont rencontrer d’étranges créatures. Est-ce le désespoir qui permet de croire à la magie ? À partir de là, la mythologie irlandaise va s’inviter petit à petit dans ce monde. Elfes des bois en exil, traversée du Sidh, rencontre avec Dagda et le roi des Aulnes…

Thomas Day nous offre ici un récit sombre empreint de poésie et d’espoir. L’auteur est très doué pour faire passer l’émotion. Le titre est d’ailleurs une référence directe à cela. Son intrigue est étonnante dans le fait qu’elle n’hésite pas à rassembler des éléments qui n’avaient a priori rien à voir entre eux. Les références et personnages historiques y sont nombreux.

logo challenge vapeur et feuilles de thelogo challenge ABC imaginaire 2015

logo challenge random PAL 2015

14 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *