Yumington 2075 : Le rêve Omega, épisodes 1 et 2 / Jeff Balek

Yumington 2075 : Le rêve Omega, épisodes 1 et 2 / Jeff Balek

Yumington 2075 : Le rêve Omega, Épisode 1 et 2

Résumé : Yumington, 2075.
Garibor Coont est un ouvrier disséqueur. Son métier : extraire les organes des morts afin de les préparer à la transplantation. Si son quotidien est banal, ses hobbies le sont bien moins : Coont a la capacité extraordinaire de décoder les mémoires d’Heisenberg, les implants mentaux dont est équipé l’essentiel de la population de Yumington. Un don qui va attirer l’attention de l’Organisation, une société secrète dont l’objectif est de résoudre des crimes aussi technologiques que mystérieux. Sous la contrainte, Coont devra enquêter sur la propagation d’un virus mental et mortel qui dévore les souvenirs de ses victimes. Et ce qu’il apprendra l’amènera à remettre en cause sa propre identité.
Yumington : la cité aux mille récits. Plongez dans ses bas-fonds, et vous n’en reviendrez peut-être pas… Et si l’homme se trouvait confronté à l’apparition d’un homme d’une espèce nouvelle et supérieure ? Et si l’apparition de cette nouvelle espèce de l’être humain n’était pas issue de l’évolution naturelle ? L’homme de Neandertal a disparu après l’apparition de l’Homo Sapiens Sapiens. Et si l’histoire se répétait ?

Avis : En 2075, Garibor Coont travaille dans un genre de morgue où il dissèque les morts afin de récupérer leurs organes, soit en vue de les réimplanter sur d’autres personnes, soit de les détruire. Le récit commence lorsqu’il est recruté par une mystérieuse Organisation. On ne connaît ni leur but réel, ni leur chef, mais ils assurent faire partie des « gentils ». C’est là que Coont débute sa confession et les enregistrements de cette dernière servent ici de chapitres. Et, à aucun moment au cours des deux épisodes, nous ne savons à qui il s’adresse.

Dans le premier, Coont tente de comprendre pourquoi tous les souvenirs de certaines personnes finissent systématiquement de la même horrible manière. Dans le suivant, une nouvelle intrigue prend place. Des hommes sont victimes d’attaques qui transforment leurs peaux en pierre. Leur corps se transforme alors en prison, les empêchant de communiquer, d’évoluer ou de se nourrir. Ils se voient ainsi mourir à petit feu. Des deux histoires, aucune ne trouvera de réelle résolution.

L’auteur propose ici un univers intéressant, notamment dans le développement technologique qui permet d’améliorer les capacités cognitives et physiques à loisir, au moyen d’implants. Malheureusement, Jeff Balek ne fait que l’effleurer. On ne se sent alors pas du tout dépaysé, et je n’ai pas retrouvé cet aspect anticipation et de remise en question que j’aime habituellement en SF. Malgré le sujet, aucune question d’éthique n’est abordée par exemple.

Ainsi, il ne fait que donner une couleur à son récit, lui permettant d’insérer quelques éléments incongrus, parce que c’est de la « science-fiction ». L’auteur avance certaines choses, comme les capacités hors-normes de son héros, sans en donner aucune explication, ce qui les décribilisent. Ce procédé sera réutilisé à plusieurs reprises, nous présentant des éléments extraordinaires que nous devons accepter tels quels. Peut-être que les clés en viendront dans les épisodes suivants, mais cela sera, à mon sens, un peu tard.

Toutefois, la lecture de ce feuilleton est très facile. Nous ne sommes pas perturbés par des termes trop techniques qui pourraient nous perdre. L’écriture de Jeff Balek est simple et va droit au but. Il parsème également son récit d’un humour appréciable, au moyen de dialogues souvent piquants.

Cependant, je ne lirai pas la suite. En plus des points précédemment soulignés, je ne me suis pas sentie concernée par l’histoire ni emportée par la dynamique du récit. Je suis restée simple spectatrice, et je ne suis donc pas suffisamment intéressée et intriguée pour poursuivre l’aventure.

Il est également à regretter le grand nombre de coquilles que cette édition contient.

Feuilleton publié aux éditions Bragelonne (Snark) 

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *