L’ appel du coucou / Robert Galbraith aka J.K. Rowling

L’ appel du coucou / Robert Galbraith aka J.K. Rowling

Détective Strike, Tome 1

Quatrième de couverture : Une nuit d’hiver, dans un quartier chic de Londres, le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée. Suicide. Affaire classée. Jusqu’au jour où l’avocat John Bristow, frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike.
Strike est au bout du rouleau : ex-lieutenant dans l’armée, il a perdu une jambe en Afghanistan, sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée un naufrage. Aidé par une jeune recrue intérimaire virtuose de l’Internet, Strike est chargé d’enquêter sur la mort de Lula.
De boîtes de nuit branchées en hôtels pour rock-stars assaillies par les paparazzi, en passant par un centre de désintoxication et le manoir où se meurt la mère adoptive de Lula, Strike va passer de l’autre côté du miroir glamour de la mode, dont les reflets chatoyants dissimulent un gouffre de secrets, de trahisons, de manœuvres inspirées par la vengeance.

Avis : Je n’avais pas apprécié le dernier livre de l’auteure où elle s’essayait au roman contemporain, mais j’étais curieuse de voir ce qu’elle pouvait nous proposer en adoptant ce nouveau genre. Et je dois dire que cette fois je ne suis pas déçue ! Ce policier est certes classique, mais efficace et bien mené.

Cormoran Strike est un ancien de la police militaire, reconverti détective privé. Alors qu’il est au bord de la banqueroute, il se voit engagé pour prouver que Lula Landry, étoile montante du mannequinat, ne s’est pas suicidée en sautant de sa fenêtre comme la police l’a déclaré. Si Strike accepte l’affaire, c’est dans un premier temps plus pour faire plaisir à son client – et par un besoin urgent de fond – que par conviction. Il ne croit en effet pas à la thèse de l’assassinat. Il mène donc son enquête de manière extrêmement méthodique. J’ai beaucoup aimé ce cheminement, cette façon de décortiquer la vérité. Nous suivons ses investigations pas à pas, au même rythme que lui. Il y a donc très peu d’action, et le rythme est lent. Cela pourra en rebuter certains, mais je ne n’ai pas trouvé cela ennuyant pour ma part.

L’auteure a travaillé le passé de son héros et a voulu lui donner de la matière en en faisant un personnage tourmenté, mais fort. Blessé physiquement (amputé d’une jambe) et psychologiquement (histoire familiale particulièrement compliquée), Cormoran Strike n’est pas vraiment un héros à qui tout sourit. Cette caractérisation le rend intéressant, même si l’on peut se demander si l’auteure ne l’aurait pas doté d’un peu trop de casseroles. Le ton employé sonne toutefois juste, excepté sur certains pans de sa vie amoureuse, où je l’ai trouvé un peu lourd.

Robin, sa nouvelle secrétaire intérimaire fraichement engagée, est motivée et débrouillarde (et non virtuose de l’internet comme l’annonce la 4e). Elle rêve secrètement de devenir détective, et est bien décidée à se rendre indispensable. Étonnamment, son personnage est assez peu développé alors qu’elle est le 2e protagoniste fort de l’histoire. On ne sait rien de sa vie, si ce n’est qu’elle arrive de la campagne et qu’elle vient de se fiancer à l’homme avec qui elle sort depuis 8 ans.

Le style de l’auteure est globalement agréable, mais un peu trop précis dans ses descriptions. Je regrette également l’abus des termes « belle métisse » qui me donnait à chaque fois l’impression de me retrouver dans un scénario de série B.

La fin m’a laissé quant à elle un avis mitigé. Elle ne m’a pas surprise, j’y avais pensé même si j’avais jugé cette perspective peu probable. Et c’est là que le bas blesse. Bien que ce dénouement soit original, je trouve qu’il aurait mérité plus d’explications, car il est un poil tiré par les cheveux.

J’ai néanmoins pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire, que j’ai vraiment trouvé sympathique. Je lirai sans hésiter la suite des aventures de Cormoran Strike et de sa fidèle secrétaire.

Roman publié aux éditions Grasset – Traduit par François Rosso

LC avec : MickdecaStellablogueuse

18 comments

  • On voit que je ne suis pas habituée aux policiers, je n'ai rien vu venir lol. Moi j'ai adoré mais c'est vrai que le terme métisse était vraiment trop utilisé. Je pense que le passé de Robin sera développé par la suite, enfin j'espère 🙂

    Reply
  • On est assez d'accord l'un et l'autre sur le rythme lent qui passe à merveille. Les termes ne m'ont pas dérangé et j'ai été surpris par la fin, je ne m'y attendais pas du tout. Bonne journée 🙂

    Reply
  • Personnellement je suis assez novice en policier et naïve, donc je ne vois jamais rien venir 😉 J'ai auss aimé le personnage de Strike, assez torturé mais très intelligent. Et c'est vrai que les descriptions sont pointilleuses! Il faudra lire la suite pour en savoir peut être un peu plus sur Robin…

    Reply
  • Complètement d'accord avec toi … sur le coupable et son mobile, un peu tiré par le cheveux … Les allers retours assez redondants entre les suspects et les réflexions de Cormoran ont un peu coupé le rythme…L' ensemble se laisse lire, mais je n'en garderai pas un souvenir durable. 😉 bises ma Zina !

    Reply
    • C'est vrai que cette fin était quand même un peu bizarre !! Je lirai cependant la suite, car j'ai quand même bien aimé le reste, on verra si elle arrive à faire plus léger 😉

      Reply
    • Tout dépend ce que tu aimes comme style, mais c'est rai que j'aurais plutôt tendance à conseiller celui-ci, que son précédent, que personnellement je n'avais pas du tout aimé !

      Reply
  • C'est vrai que la structure du polar en lui-même est maladroite, la succession des interrogatoires puis la découverte finale a un aspect un peu monotone… Mais je ne me suis pas ennuyée pour un sou, et si j'avais suspecté le-dit coupable, je me suis quand même laissée surprendre et je trouve que ça s'assemble bien…
    Ce qui m'a le plus plu, c'est finalement tout ce qu'il y a autour du récit, la vie quotidienne londonienne, les deux personnages qui ont chacun leur vie (même si je suis aussi frustrée que toi de ne pas en apprendre plus sur Robin, j'espère qu'elle sera plus mise en avant dans les tomes suivants !) et ne la mettent pas en suspens pendant l'enquête, le contexte assez actuel…

    Par contre pour les maladresses de répétition, je pense que c'est dû à la traduction, ça ne m'avait pas du tout frappé en anglais !

    Reply
    • Moi, ça m'a pas dérangé cette construction, au contraire ça fait partie des choses qui m'ont plu 🙂
      Le coupable, j'y avais pensé aussi mais je l'avais rejeté par contre, trop tiré par les cheveux :/

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *