Red flag / Mira Grant

Red flag / Mira Grant

Feed, Tome 3

 

Quatrième de couverture : 2041, Amérique post-zombie. La cabale secrète qui détient le pouvoir dans l’ombre se porte bien. On ne peut pas en dire autant des blogueurs qui ont osé révéler la vérité à la population. À peine sortis des griffes de leurs ennemis, Shaun Mason et son équipe sont de nouveau sur le sentier de la guerre. Le temps leur est compté, et les obstacles s’avèrent nombreux : une meute de savants fous, une administration politique corrompue et même un ours zombie. Une chose est sûre, dans l’Amérique d’après le Jour des Morts : la situation peut toujours empirer.

 

Attention, spoiler sur le deuxième tome !

 

Avis : J’ai bien du mal à parler de ce dernier volume que j’ai pourtant tant attendu. Bien que la lecture ait été plaisante et qu’il apporte son lot de réponses, j’avoue être passablement déçue. Il ne m’a pas soufflé par son intelligence comme le premier, ni ne m’a emporté par son émotion à l’instar du deuxième.

 

On peut diviser le roman en 2 parties. Dans la première, nous suivons alternativement Shaun et Georgia, chacun engagés dans leur propre bataille : Shaun est toujours en fuite, tandis que Georgia tente de s’échapper du CCPM où elle est retenue. Dans la seconde, bien qu’ils se soient enfin retrouvés, il n’y pas de narrateur principal et nous continuons à alterner les chapitres selon leur point de vue. Mais, à partir de ce moment-là, j’ai eu beaucoup de mal à distinguer leurs voix, ce qui était assez désagréable.

 

Alors que j’avais trouvé le duo profondément attachant dans les tomes précédents, j’ai eu moins d’affection pour eux ici. Ils sont toujours aussi sympathiques, mais j’ai préféré les personnages secondaires tels que Becks ou Mahir. Ce dernier aurait d’ailleurs mérité plus de visibilité. J’ai aimé le côté rentre-dedans de Becks, son humour et la manière qu’elle avait de ne pas se laisser abattre quoi qu’il arrive. Comment ne pas apprécier quelqu’un qui est de bonne humeur par « solution de facilité » ? Mais peut-être – sans doute – ai-je ressenti cela à cause de certains choix de l’auteur qui, eux, m’ont dérangée.

 

Cette dernière ligne droite menant à la vérité est rythmée et dynamique. Pourtant, cela m’a paru long avant d’avoir des réponses, car il faut attendre les cent dernières pages pour qu’un schéma se dessine. Et si celles-ci m’ont globalement satisfaite, j’ai trouvé dommage l’insistance de l’auteur à vouloir garder Georgia et Shaun au cœur du complot. Les ficelles employées sont trop grosses, et même parfois assez peu crédibles.

 

Même si ce dernier tome est en demi-teinte et n’a pas comblé toutes mes attentes, je recommande chaudement la série car les deux premiers opus sont excellents et originaux. De plus, sur l’intégralité de la saga, le rythme est enlevé, le récit est plein d’humour et le dernier volume permet d’apporter une conclusion.

 

« Le problème, avec les gens qui détiennent le pouvoir, c’est quand ils commencent à plus se préoccuper de la façon de le conserver que de ce qui est bien ou mal, ou tout simplement une mauvaise idée. J’ai un conseil à vous donner : si jamais vous vous retrouvez en position de prendre des décisions susceptibles d’avoir un impact sur une nation toute entière, je vous suggère de soumettre vos trouvailles à un enfant de six ans. S’il vous regarde d’un air horrifié comme si vous étiez le Père Fouettard, vous devriez probablement y réfléchir à deux fois. Maintenant, si vous préférez laisser le souvenir d’un monstre, libre à vous. » Extrait de Charmante, vous croyez ? blog de Rebecca Atheron, le 7 août 2041

 

Roman publié aux éditions Bragelonne – Traduit par Benoît Domis 

 

5 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *