Cocaïne et tralala / Kerry Greenwood

Cocaïne et tralala / Kerry Greenwood

Phryne Fisher, Tome 1

Quatrième de couverture : Au cœur des années folles, Phryne Fisher, jeune aristocrate anglaise au caractère bien trempé, n’en fait qu’à sa tête ! Intrépide, exubérante et d’une élégance sans égale, cette « garçonne » ne craint qu’une chose : l’ennui. Aussi, quand on lui propose de partir en Australie à la recherche d’une riche héritière menacée, y voit-elle l’occasion inespérée de fuir les fastidieuses soirées londoniennes. Sans une hésitation, la voilà en route, mais dès sa descente de bateau l’attendent faiseur d’anges, trafiquants de drogue et communistes exaltés… Toute l’aventure et le danger dont elle rêvait ! De cocktails chic en en courses-poursuites haletantes, Phryne Fisher mènera sa première enquête tambour battant, pour le plus grand péril des bandits et des cœurs.

Avis : J’avais adoré la série tv, Miss Misher’s Murder Mysteries, je ne pouvais donc manquer de découvrir les livres qui l’ont inspirée. On retrouve ici la plupart des personnages de la série : Phryne bien sûr, mais aussi Dot, Cec et Bert, le Dr MacMillan et l’inspecteur Robinson. Si en grande majorité ils ont gardés le caractère que je leur connaissais, ce n’est pas le cas pour celui de Dot dans lequel j’ai eu du mal à reconnaître la jeune fille timide qui avait peur de la technologie. Le personnage de l’inspecteur Robinson est également pour l’instant de bien moindre importance que dans la série. Le ton était ici aussi un peu différent. Moins pétulant, l’humour qui m’avait particulièrement marqué est moins présent.

Au contraire de la série, ce n’est pas du tout le meurtre non élucidé de sa sœur, qui fait revenir Phryne en Australie – celle-ci étant décédée très prosaïquement de diphtérie – mais c’est l’ennui, et la demande d’un couple de connaissance de veiller sur leur fille. Ils soupçonnent en effet son mari de vouloir l’empoisonner. Comme Miss Fisher adore se mêler de tout, elle va se retrouver par la même occasion sur la piste d’un trafic de drogue et sur celle d’un « faiseur d’anges ».

Grosso modo, la trame est la même que dans le premier épisode, mais beaucoup de scènes sont tournées de manière si différentes qu’on ne s’ennuie pas. Cependant, le dénouement reste lui, le même, il n’y avait donc aucune surprise de ce côté-là.

L’histoire se lit avec facilité, mais on peut regretter tout de même un certain manque d’approfondissement, et cela autant dans l’intrigue, où certains éléments sont assez vite expédiés, que dans le background général. La peinture de la société de cette époque est néanmoins réussie et le statut de la femme est bien représenté.

Je ne saurais vraiment dire si j’ai aimé ce tome, car j’ai encore trop présent à l’esprit la série, mais je pense lire la suite pour me faire une idée plus précise, et également pour pallier la frustration à l’attente de la saison 2 !

Roman publié aux éditions 10/18 (Grands détectives) – Traduit par Christine Barbaste 

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *