Pisteur livre 1 partie 2 / Orson Scott Card

Pisteur livre 1 partie 2 / Orson Scott Card

Quatrième de couverture : En cherchant à connaître ses origines, Rigg ignorait qu’il serait bientôt pris au piège entre deux factions : certains veulent le voir couronné, d’autres n’attendent qu’une chose, sa mort.
Prisonnier d’une cage dorée à Aressa Sessamo, il devra user de tout son talent pour survivre et découvrir l’étrange secret que s’efforçait de percer son véritable père…

Avis : Si j’avais beaucoup aimé la première partie de cette histoire, j’ai eu un peu plus de mal à rentrer dans cette suite. La faute à la perte d’une grande partie de l’humour qui faisait le 1er tome. Heureusement, l’intrigue a su, petit à petit, m’accrocher à nouveau.

L’histoire reprend exactement à la fin du premier volume. Rigg a retrouvé sa mère et doit désormais vivre avec elle dans leur prison dorée. La seule activité extérieure qu’on lui accorde est d’aller étudier à la bibliothèque, comme son père avant lui. De leur côté, Umbo et Miche sont retournés à Halte-de-Flaque où le premier s’entraine à développer son pouvoir en attendant de pouvoir repartir aider Rigg.

Le livre peut se diviser en deux parties. J’ai trouvé la première, qui se concentre sur la vie de Rigg à Aressa Sessamo et sur la politique en place, difficile. L’absence d’humour s’explique par la séparation de la bande et par le fait que Rigg se retrouve dans une situation délicate, mais cela reste regrettable. Pendant cette période, les notions de temps sont mal définies et on a du mal à croire qu’il s’écoule plusieurs mois. De ce fait, les enjeux sont floutés. Par ailleurs, cela manque un peu d’émotion. Les retrouvailles avec sa famille sont un enjeu fort pour Rigg, pourtant, le tout est assez plat. Je ne me suis pas sentie touchée par les évènements.

Dans la seconde, le retour d’Umbo et Miche sur le devant de la scène s’accompagne également d’un regain partiel de l’humour. L’atmosphère se détend et le récit se dynamise. J’ai eu à nouveau plaisir à suivre les protagonistes.

Les entrefilets concernant Ram Odin sont toujours présents à chaque début de chapitre. De nombreux points s’éclaircissent et le lien entre les deux époques devient évident. Le cœur de l’intrigue nous est dévoilé et cela rend l’histoire très prenante. Dans les dernières pages, la tension et l’urgence de la situation augmentent. La fin, lance de nouvelles amorces et je lirai donc avec plaisir la suite.

Roman publié aux éditions J’ai lu – Traduit par Mathieu Jacquet

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *