Magie brute / Larry Correia

Magie brute / Larry Correia

Chroniques du Grimnoir, Tome 1

Quatrième de couverture : États-Unis, début des années 1930. Les dirigeables sillonnent le ciel, Berlin est peuplée de zombies et la magie, apparue depuis près d’un siècle, a changé la donne. Le grand public hésite entre admiration et haine des « actifs », ces gens qui se téléportent, lisent dans les esprits, modifient la gravité, contrôlent les animaux, guérissent par imposition des mains…
Deux organisations de magiques se livrent une guerre souterraine acharnée : l’Imperium et son maître le « président », qui tiennent le Japon, et le Grimnoir, société secrète de résistants aux intentions louables mais aux méthodes discutables.
Jake Sullivan, lui, vétéran de la Grande Guerre au passé de truand, ne doit la liberté qu’à son serment de mettre ses pouvoirs au service du FBI chaque fois qu’une enquête implique des « actifs » criminels. Il sera bientôt confronté aux véritables enjeux géopolitiques d’un monde au bord de l’enfer et de la destruction ; il lui faudra choisir son camp.

Avis : Magie brute est un pêle-mêle joyeux et enlevé à savourer accompagné d’un bon bol de pop-corn. Super-héros, zombies, uchronie, polar, steampunk et ambiance du début du siècle, se côtoient de façon tout à fait harmonieuse et réussie. C’est frais, c’est drôle, c’est punchy.

L’Histoire telle que nous la connaissons a prit un tournant le jour où, au 19e siècle, certaines personnes se sont mises à développer des pouvoirs : téléportation, guérison ou au contraire vecteur de maladie, force herculéenne, etc. Cependant, les points communs restent nombreux. Sont au rendez-vous : crise économique, guerre mondiale, expansionnisme japonais, et même, avec un peu d’avance, un certain Kaiser et un « rayon de la paix » qui n’est pas sans rappeler l’arme atomique. Larry Correia intègre parfaitement tous ces éléments pour donner du poids à son univers. Il développe ainsi une mythologie et un monde solide et bien planté.

L’intrigue est ici double. Les chevaliers du Grimnoir font face aux soldats de l’Imperium dans une guerre souterraine et souvent incomprise. Si la mission des premiers est de contrecarrer les projets de domination et d’extermination des seconds, une menace encore plus dangereuse apparait peu à peu. Elle aurait trait à l’origine même de la magie.

L’auteur a pris le temps de développer tous ses personnages. On apprend à les connaitre au fil des pages. Tous ont un passé et des caractéristiques propres qui font qu’il est facile de s’attacher à eux. J’ai eu une affection particulière pour Faye, son insolence et sa vitalité.

Larry Correia a une écriture très visuelle, voire cinématographique. Cela pète dans tous les sens, cela tire, cela se bastonne et on s’y croirait presque. Si ce n’est quelques rebondissements « téléphonés » dans son intrigue, il n’est même pas loin du sans faute. Un roman divertissant, qu’on lit avec plaisir. Je signe pour la suite !

Roman publié aux éditions L’Atalante – Traduit par Marie Surgers 

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *