Promesse de sang / Richelle Mead

Promesse de sang / Richelle Mead

Vampire academy, Tome 4 

Quatrième de couverture : Le monde de Rose a basculé lors de la dernière attaque meurtrière contre l’académie: Dimitri s’est fait enlever par les Strigoï. Or Rose lui a juré qu’elle le tuerait plutôt que de le laisser devenir l’un de ces êtres cruels et sanguinaires. Elle va devoir abandonner sa meilleure amie Lissa et partir à la recherche de Dimitri pour honorer sa promesse. 

Avis : J’ai trouvé ce tome un peu moins bien que les précédents. Les différentes situations dans lesquelles se trouvent plongée notre héroïne ont trop souvent bénéficiées d’« heureuses coïncidences » et de dénouements faciles pour me satisfaire. 

Rose, suite aux événements de Baiser de l’ombre, décide de quitter l’académie et de partir en Russie pour retrouver l’homme qu’elle aime. Elle souhaite ainsi pouvoir mener sa vie comme elle l’entend, faire ses propres choix. Elle fera alors des rencontres bouleversantes qui lui permettront de mieux se connaître et de comprendre le lien qui la lie à Lisa. Cette expérience russe se révèlera bénéfique, car elle lui fera reprendre goût à la vie et prendre conscience de la valeur des choses. Mais surtout, ce voyage lui ouvrira les yeux : ce qu’elle a perdu n’est peut-être pas grand-chose face à la perte d’un ami ou de son libre arbitre. 

Ce tome, même s’il est très vivant et accrocheur, a été peu prenant, notamment dans les passages qui concernent Vladimir et sa famille. Je les ai trouvés long. On a l’impression de tourner en rond. De plus, je n’ai pas retrouvé la Rose que j’apprécie, dans cette jeune fille déprimée et sans volonté. Je l’aurais voulu combattante, et plus coriace dans son attitude et ses propos. J’avais envie de la secouer, de lui donner des claques pour qu’elle prenne la mesure de ses actes et de leurs conséquences, de lui crier : « grandit, avance et passe à autre chose ! ». Malheureusement en vain, car sa lucidité revient bien trop lentement à mon goût. C’est vrai qu’elle est touchante dans sa peine, mais ces apitoiements sont à la longue assez lassant et deviennent même ennuyeux. 

J’avoue avoir tout de même dévoré ce roman, intriguée par le dénouement de l’histoire d’amour impossible de l’héroïne. C’est le piège et le pouvoir de ces histoires. La fin est somme toute très prévisible et attendue (de même que tous les retournements de situations), et même si cela décrédibilise le récit, je lirai sans aucun doute la suite de cette série. C’est une histoire simple et légère mais fonctionnelle, car elle nous happe dès les premières pages. 

Roman édité par les éditions Castelmore – Traduit par Karen Degrave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *