Le couteau aveuglant / Brent Weeks

Le couteau aveuglant / Brent Weeks

Le porteur de lumière, Tome 2

Quatrième de couverture : Chaque lumière dissimule un secret. Chaque secret porte en lui une révélation.
Gavin Guile se meurt. Il croyait encore avoir cinq ans de répit avant de succomber au sort de tous les Prismes. En vérité, il lui reste à peine une année… À travers le monde, la magie des couleurs devient incontrôlable et menace de destruction les sept satrapies. Les anciens dieux reviennent à la vie, levant une implacable armée de spirites. L’unique salut pourrait se trouver du côté du frère renégat de Gavin. Celui dont il a volé la liberté il y a seize ans…

Avis : Depuis ma lecture du 1er tome, plus d’un an et demi s’est passé et j’ai eu du mal à me remettre dans le bain. Même si je me souvenais de l’idée générale, beaucoup de choses étaient floues pour moi et je me suis par moment sentie perdue. Mais subtilement, tout doucement, Brent Weeks remet les choses à leur place. Il le fait sans avoir recours à de grands résumés, comme on en trouve dans certains livres, mais par petites touches, par une phrase justement placée, par un souvenir, qui rappellent alors les évènements passés. Et petit à petit, on se laisse embarquer à la suite des héros…

Nous retrouvons Gavin, toujours aux prises avec mille et un complots, et son fils, Kip, qui tente d’intégrer la célèbre Garde noire afin d’honorer son père. Mais nous faisons également plus ample connaissance avec le froid, incisif et impitoyable luxeigneur Andross Guile, le patriarche de la famille. De nouveaux protagonistes (Teia, Cruxer, Janus…) viennent également se mêler aux anciens (Liv, Karris, Poing-de-fer, le Blanc…) et chacun apportera sa pierre à l’intrigue.

Les personnages suivis alternent selon les chapitres. Comme souvent lorsque c’est le cas, on est plus ou moins intéressé selon ceux que l’on suit, et certains passages peuvent sembler assez longs. Là, mon attention était surtout dirigée vers Kip. Il est au cœur de ce tome et c’est dans ces pages que se construit l’homme qu’il deviendra. Je l’ai beaucoup apprécié. Malgré un mauvais départ dans la vie et en dépit de ses doutes et ses peurs, il essaie vraiment de faire quelque chose de sa vie. Impertinent et colérique, il sait être plein d’humour. Mais il est également traumatisé par les horreurs de la guerre. Dans un monde où le pouvoir corrompt les êtres, comment s’en sortira-t-il ?

Je suis émerveillée par le talent de l’auteur. Il a créé un monde élaboré, parfaitement construit et cohérent. Ce n’est pas tant la guerre qui s’y prépare qui est intéressante ici, mais plutôt toutes les petites manipulations et tous les secrets qui y mènent. Au cœur de ces secrets, nous trouvons des êtres troubles et profondément humains, c’est-à-dire imparfaits et complexes. Ce ne sont pas des héros dans le sens où on l’entend habituellement : gentils, bons et qui font toujours le choix du bien. Les leurs sont souvent discutables, mais c’est également ce qui les rend remarquables.

Brent Weeks est un maitre cruel pour ses personnages. À chaque fois que les choses semblent s’arranger pour eux, un nouveau problème, généralement bien désagréable, s’abat sur eux. Et il le prouve de façon magistrale, avec cette fin absolument terrible pour leur avenir !

Alors oui, ce n’est pas L’ange de la nuit, mais Brent Weeks nous présente ici une histoire enlevée, originale et pleine de rebondissements. Ses personnages sont travaillés, son monde est riche et son intrigue passionnante. On est même très loin du manichéisme que l’on trouve souvent en fantasy, ce qui est pour moi un très bon point. Alors même si Le porteur de lumière n’a peut-être pas la force et l’impertinence de son ainé, il reste néanmoins un très bon roman et c’est sans hésiter que je lirai le dernier tome de la série.

« Mon honnêteté ? Alors que je te dis la vérité sur un point, mais que je mens pour tout le reste ? Trouve-moi une autre qualité, mon garçon. Je mens comme je respire. »

Roman publié aux éditions Bragelonne – Traduit par Emmanuelle Casse-Castric 

7 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *