L’ange blond / Laurent Poujois

L’ange blond / Laurent Poujois

Quatrième de couverture : Deux siècles après la victoire de Napoléon sur l’Angleterre, l’Empire s’est construit autour des nanotechnologies, des transports en dirigeables, des fusées ultra-rapides et d’une conquête spatiale très avancée.
Aurore Lefèvre, dit l’Ange blond, vétéran de la Légion, est une tête brûlée qui doit reprendre du service. Elle dispose d’une semaine pour démanteler un réseau de conspirateurs prêts à abattre l’aigle impérial…

Avis : Un récit de sf très réussi, enlevé et prenant. L’ange blond tient autant du roman d’espionnage que de celui d’aventure, le tout dans un monde futuriste parfaitement cohérent et bien pensé. Le mélange d’uchronie à caractère très politique, et de sf pure, avec l’aspect technologie avancée (biônes, moyen de transport ultra-rapides…), est savamment dosé. L’univers est également teinté d’humour grâce aux répliques acidulées de l’héroïne ainsi qu’aux biônes de services, entités à part entière dotées de volonté propre et d’un caractère souvent capricieux.

Depuis qu’elle s’est retirée de la Légion Impériale après une mission qui a mal tourné, Aurore Lefèvre s’est reconvertie dans l’orchestration (sorte de DJ ultra sophistiqué) ; l’ange blond est son nom de scène. De son passé dans la légion, elle a gardé un goût prononcé pour le danger : défis pour battre des records dans des sports extrêmes (face auxquels les nôtres passent pour de petits joueurs) sont ses passe-temps préférés. C’est contrainte et forcée qu’elle doit reprendre du service, afin de déjouer un attentat sur l’impératrice Caroline Bonaparte. Mais aux yeux de l’ACI, et malgré son « petit problème » avec l’autorité, elle possède des qualités indispensables dont la moindre est de pouvoir s’infiltrer très facilement dans la préparation de la réception où, selon leurs sources, l’attaque devrait avoir lieu.

Aurore a une semaine pour identifier les comploteurs et déjouer la conspiration, et cette enquête sera loin d’être de tout repos ! Car même si elle n’a pas voulu de cette mission, Aurore est quelqu’un qui se donne à fond dans tout ce qu’elle entreprend. Frondeuse et tête-brûlée, c’est un personnage qu’on a plaisir à suivre. Sûre de ses capacités, elle ne compte que sur elle-même et n’hésite jamais à se jeter dans la mêlée.

La personnalité détonante de l’héroïne et l’intrigue donnent un récit très dynamique, truffé d’actions spectaculaires. L’ange blond, c’est James Bond au féminin au service de l’Empire. Et si j’ai eu un peu de mal, au début, à appréhender le monde créé, les passages encyclopédiques commençant chaque chapitre aident rapidement à situer le contexte et permettent de lui donner corps. Très vite, je me suis sentie parfaitement à l’aise et avide d’en savoir plus. D’autre part, des petits clins d’œil à des événements historiques réels parsèment l’histoire de manière détournée et fort amusante.

Si l’intrigue se clôt à la fin du livre, dans son épilogue, Laurent Poujois ne dédaigne pas la possibilité d’une suite. Suite, qui serait vivement appréciée !

« Il n’y a pas de plaisir sans danger, telle est ma devise. […] La raison et la sagesse étant l’apanage des rampants et des vieillards, j’optai pour un choix plus radical. J’allais encore payer de ma personne… »

Roman publié aux éditions Mnémos (Hélios). 

7 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *