Les furies de Calderon / Jim Butcher

Les furies de Calderon / Jim Butcher

Codex Aléra, Tome 1 

Quatrième de couverture : Depuis mille ans, les habitants d’Aléra repoussent les peuplades sanguinaires qui rançonnent le monde en usant de leur relation particulière avec les furies – les forces élémentaires de la terre, de l’air, du feu, de l’eau, du bois et du métal. Mais dans la lointaine vallée de Calderon, Tavi ne maîtrise encore aucun élément, à son grand désespoir. À quinze ans, il n’a toujours pas de furie du vent pour l’aider à voler, ou de furie du feu pour allumer ses lampes. Pourtant, lorsque les féroces Marats font leur retour dans la vallée, le courage et l’ingéniosité de Tavi vont se révéler une force bien plus cruciale que n’importe quelle furie. Une force qui pourrait lui permettre d’altérer le cours de la guerre… 

Avis : Dans ce premier tome, l’auteur nous présente un univers mêlant fantasy et influence romaine. Celle-ci se retrouve dans les noms à consonance latine des régions et des personnages, ainsi que dans la structuration de l’armée en légions et dans la formation au combat des soldats. Ainsi, nous avons le sentiment d’errer, tout le long de notre lecture, dans la Gaule gallo-romaine. L’idée est très originale, de même que la touche magique mise en place par Jim Butcher au travers des furies. Ce sont des entités qui permettent à celui qui en possède, et selon leurs fonctions, de manier l’air, l’eau, la terre ou/et le feu. 

Les personnages principaux sont tous sympathiques et attachants, même les « méchants » comme Fidélias, car leurs agissements sont compréhensibles. Ils se rebellent contre le gouvernement en place et se comportent en traitres, mais ils le font en suivant leur idéologie (Fidélias), leur soif de vengeance (Aldrick) ou leur volonté de liberté (Odiana). Je n’irai cependant pas jusqu’à dire que je soutiens leur cause, ma compréhension à ses limites, car pour réaliser leur projet, ils ne se soucient pas de tuer, voire de massacrer les innocents qui se trouvent sur leur route. Amara, le curseur du Premier Duc, aura alors la charge de défendre la vallée de Calderon afin qu’elle ne tombe pas aux mains de l’ennemi. Pour mener ce dur combat, elle pourra compter sur une famille d’exploitant qui se révélera plus puissante et rusée que tout un bataillon de l’armée. 

La grande majorité de ce premier volume est vraiment prenante et se lit avec passion. J’ai été accroché au livre sans pouvoir m’y détacher, car l’auteur a multiplié les retournements de situations qui ménagent le suspens. Cependant, le début et la fin du livre sont moins captivants. J’ai d’ailleurs trouvé que la tournure que Jim Butcher donne à son dénouement était trop facile et téléphonée. Certaines des situations amenées, telles que les relations amoureuses de Tavi et Amara sont pour le moins, très prévisibles, même si elles sont touchantes de simplicité et d’innocence. Bien sûr cette histoire est plus compliquée et mystérieuse qu’elle n’en a l’air, car de lourds secrets pèsent sur cette vallée et cette famille d’exploitant. Mais, ils sont évidents, dès le début, et la fin permet de plus ou moins confirmer nos soupçons. Il faudra certainement lire la suite pour découvrir tous les tenants et aboutissements, même si nous avons déjà de très gros doutes. 

Un dernier point, non négligeable, m’a chagriné dans ce roman. C’est le moyen qu’a trouvé l’auteur pour faire disparaitre et réapparaître facilement ses personnages sur l’échiquier. Ainsi, malgré tout le suspens qu’il crée avec ses nombreuses péripéties, il le plombe par ce stratagème. Cette facilité à pouvoir tout recommencer, son histoire et son intrigue, est bien commode, mais cette méthode est assez décevante. Pourtant, j’avoue que je lirai certainement le second tome, car je suis assez curieuse de voir où va nous mener Jim Butcher. 

Roman édité par les éditions Milady – Traduit par Caroline Nicolas

1 comment

  • Ca fait un moment que je veux lire quelque chose de cet auteur. J'ai d'ailleurs les deux premiers tomes dans ma PAL, y'a plus qu'à. Le pitch est plutôt original en tout cas.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *